Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Francis Reddy
Audio fil du jeudi 4 juillet 2019

District 31 : le drame, un genre qui a changé le comédien Michel Charette

Publié le

Bruno Gagné a l'air songeur dans une scène de <i>District 31</i>.
Bruno Gagné, incarné par Michel Charette, dans une scène de District 31.   Photo : Aetios Productions

Le bagage d'émotions très intenses porté par le personnage de Bruno Gagné dans District 31 a profondément changé l'acteur qui incarne ce rôle, en l'occurrence Michel Charette, dans son rapport avec les enfants. Au micro de Francis Reddy, le comédien – qui incarne un spécialiste des dossiers d'enfants disparus – explique que les scènes dramatiques dans lesquelles il joue ont eu des répercussions directes sur sa façon d'interagir avec les enfants de son entourage dans la vie de tous les jours.

Michel Charette voit, en quelque sorte, le drame comme un moteur générateur de bienveillance et de sensibilité. « Je l’applique dans ma vie maintenant, beaucoup plus [qu’avant], et ma blonde me le fait remarquer aussi. Elle dit : "Depuis que tu joues dans District 31, […] tu es plus avenant par rapport aux enfants". […] Il y a quelque chose qui est bien imprégné en dedans de moi », note le comédien de 49 ans, lui-même père d’une fille de 10 ans et d’un garçon de 5 ans.

Du respect pour les policiers

L’expérience de Michel Charette comme sergent-détective dans District 31 lui a aussi permis de découvrir la réalité des policiers. « Le respect [que j’ai pour] les gens qui font ce métier a quintuplé » dit le comédien.

Celui-ci fait remarquer que les policiers sont bien souvent les premiers répondants lorsque survient un drame. Celles et ceux qui côtoient « la misère humaine à journée longue » font un travail remarquable, plaide Michel Charette.

Souvent, on a l’impression que c’est juste des donneurs de contraventions, mais ce n’est pas vrai. Quand ça ne va pas bien, tu es content qu’ils arrivent.

Michel Charette, comédien

Chargement en cours