Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Francis Reddy
Audio fil du dimanche 26 mai 2019

Le chef Éric Gonzalez parle de sa dépression pour la première fois

Publié le

L'homme regarde l'animateur en souriant.
Le chef Éric Gonzalez   Photo : Radio-Canada / Cécile Gladel

Éric Gonzalez a tenu les rênes du restaurant L'Atelier de Joël Robuchon à son ouverture au Casino de Montréal. Il a affronté la tempête médiatique, puis jeté l'éponge, pour finalement souffrir d'une dépression.

Lors de l’ouverture du restaurant, des chefs québécois se sont plaints que le Casino de Montréal ne mette pas de l’avant la gastronomie québécoise et embauche un Français.

« C’était assez dur. Vous travaillez depuis 19 ans au Québec, vous mettez de l’avant les producteurs québécois... Oui, j’ai mon accent français, mais j’ai la nationalité canadienne et je me considère comme québécois », soutient Éric Gonzalez, qui dit que certains employés se faisaient demander s’ils n’avaient pas honte de travailler pour L’Atelier de Joël Robuchon.

Éric Gonzalez croit que les gens ont oublié qu’il y a une équipe d’humains qui travaille tous les jours pour faire fonctionner ce restaurant.

Une dépression après la tempête

D’ailleurs, l'homme avoue qu’il a fait une dépression après cet épisode de sa vie. « À un moment donné, j’ai eu un blackout. Je n’étais pas bien... Mais vous rencontrez des personnes qui vous aident; un docteur m’a aidé. [...] Maintenant, ce que je dis à tout le monde, c’est que ça arrive de toucher le fond du baril, mais tout le monde peut en revenir. »

Guéri, Éric Gonzalez s’est remis au travail. Il a pris les commandes de XO Le Restaurant, à l’Hôtel Le St-James, dans le Vieux-Montréal.

Chargement en cours