Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Francis Reddy
Audio fil du dimanche 3 février 2019

Le défi d'être une immigrante francophone à Toronto

Publié le

La femme regarde l'animateur en face d'elle.
Fayza Abdallaoui en entrevue avec Francis Reddy   Photo : Radio-Canada / Francis Ferland

« Si ça n'avait pas été si difficile pour moi au début, je n'aurais pas complètement réinventé ma vie et je ne me trouverais pas là où je suis aujourd'hui. Et j'adore ce que je fais », explique Fayza Abdallaoui, qui a immigré au Canada au moment où elle était enceinte de sept mois. Elle arrivait de Paris avec son mari.

« Je me suis sentie bien très rapidement à Toronto. Le monde entier est à Toronto. Ce sont les personnes qu’on rencontre qui font qu’on se sent bien », explique Fayza Abdallaoui.

Le bénévolat fait partie des valeurs canadiennes, et c’est aussi présenté comme un passage obligé pour les immigrants. [...] C’est vrai que c’est réparateur.

Fayza Abdallaoui

Présidente du Mouvement ontarien des femmes immigrantes francophones (MOFIF), Fayza Abdallaoui est aussi entrepreneure sociale et consultante.

Avec l’Oasis Centre des Femmes, la jeune femme travaille actuellement à mettre sur pied une coopérative spécialisée dans les services de traiteur en compagnie de cinq femmes réfugiées qui viennent du Cameroun, d’Haïti, du Venezuela et du Pakistan. « Elles sont prêtes; c’est absolument délicieux », dit-elle en expliquant que le lancement se déroulera d’ici quelques semaines.

Fayza Abdallaoui a habité sur à peu près tous les continents. Fille d’un ambassadeur algérien, elle est née en Suisse et elle a habité en Pologne, en Chine, au Mali, au Brésil et en Algérie, bien sûr.

Chargement en cours