Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Francis Reddy
Audio fil du dimanche 3 février 2019

Le musicien qui a la géographie canadienne tatouée sur le cœur

Publié le

L'homme porte des lunettes et répond à des questions devant un micro orange.
Luke Doucet en entrevue avec Francis Reddy   Photo : Radio-Canada / Francis Ferland

« On a voulu trouver quelque chose de la géographie canadienne », dit Luke Doucet en racontant l'histoire derrière le nom du duo musical qu'il forme avec sa femme, Melissa McClelland : Whitehorse.

Il ajoute qu’on pense trop souvent que les artistes canadiens qui chantent en anglais sont américains. C’est donc pour cette raison qu’il a voulu bien s’identifier en tant que Canadien.

Si le père de Luke Doucet est francophone, sa mère est anglophone. Puisque ses parents se sont séparés quand il était très jeune et qu’il a vécu principalement avec sa mère, l’anglais est sa langue maternelle, mais il a facilement appris le français.

Il faut dire que ce grand voyageur est un nomade dans l’âme et qu'il s’adapte rapidement aux autres langues. À 11 ans, il a traversé presque tout le pays tout seul. À 15 ans, il gagnait déjà sa vie comme musicien. Il est né à Halifax, il a grandi au Manitoba et il vit aujourd’hui à Toronto.

The Northern South Vol. 2, le nouvel album de Whitehorse, est sorti le 18 janvier. Il s’agit de reprises de chansons du répertoire blues des années 50 (des artistes comme Howlin' Wolf, Willie Dixon, Jimmy Reed et Slim Harpo).

Whitehorse sera en concert à l’Astral, à Montréal, le 23 février prochain, à l'occasion du festival Montréal en lumière.

Chargement en cours