•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Réaction à la mise à jour fiscale et aux nouvelles mesures sanitaires en Alberta

Le café show

Avec Rudy Desjardins

En semaine de 6 h à 9 h

Réaction à la mise à jour fiscale et aux nouvelles mesures sanitaires en Alberta

Rattrapage du mercredi 25 novembre 2020
Jason Kenney baisse la tête et ferme les yeux.

Jason Kenney prévient les Albertains depuis plusieurs mois que la pandémie a fait des ravages dans l'économie de la province.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Le politologue au Campus St-Jean, Frédéric Boily, réagit à l'annonce de nouvelles mesures mardi faites mardi par le gouvernement de Jason Kenney pour faire face à la hausse de cas de COVID-19 dans la province.

La mise en place de mesures plus restrictives était demandée depuis plusieurs semaines, entre autres par les médecins de la province. Voici un résumé des propos du politologue recueillis lors de l'émission.

Le premier ministre Jason Kenney a beaucoup insisté sur le respect des droits et libertés des albertains, pourquoi?

Lorsque la pandémie a éclaté, plusieurs responsables politiques ont adopté ce qu'on peut appeler le centralisme autoritaire. Lorsqu'arrivent des défis complètement inédits et qui demandent une réponse forte, on peut adopter, de manière démocratique, des mesures qui vont contre certaines libertés individuelles, mais pour un bref moment. Jason Kenney ne veut pas aller dans cette direction. Oui, il y a eu un confinement au printemps, mais Jason Kenney ne veut plus faire la distinction entre commerces essentiels et non essentiels et limiter les libertés individuelles. Il a annoncé qu'il y aura des amendes et le gouvernement sera plus directif pour faire respecter les nouvelles règles.

Est-ce que les nouvelles mesures restrictives, qui interdisent les rassemblements intérieurs, mais permettent la fréquentation des casinos, lieux de culte à capacité réduit, sont cohérentes?

En ne voulant pas faire de distinction entre commerces essentiels et non essentiels, ça laisse entendre que toutes les entreprises sont sur un pied d'égalité. Ça envoie un message qui semble clair, mais qui ne l'est pas. On met tout dans le même sac et on sait très bien qu'il y a des distinctions entre les différentes entreprises comme les cinémas et les supermarchés. À l'extérieur de l'Alberta, Jason Kenney sera vertement critiqué pour ne pas avoir adopté la solution d'un confinement ou tout simplement de ne pas avoir adopté les mesures il y a deux semaines plutôt que d'attendre et on aurait évité une augmentation du nombre de cas des dernières semaines.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi