•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hausse des interventions militaires pour des catastrophes naturelles

Le café show

Avec Rudy Desjardins

En semaine de 6 h à 9 h

Hausse des interventions militaires pour des catastrophes naturelles

Rattrapage du jeudi 23 janvier 2020
Des militaires déblaient l'entrée d'une résidence à Terre-Neuve.

La ville de Saint-Jean, à Terre-Neuve-et-Labrador, entame sa quatrième journée d'état d'urgence, au moment où le personnel des Forces armées se prépare à aider l'endroit à se remettre d'une chute de neige sans précédent.

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

Saint-Jean, la capitale de Terre-Neuve a été touchée par une importante tempête de neige au cours des derniers jours qui a entraîné le déploiement de 425 soldats des Forces armées canadiennes pour aider la Ville à dégager les voies, un type intervention de plus en plus fréquent.

Une compilation établie par la Presse canadienne démontre qu’au cours des deux dernières années uniquement, l’armée a été déployée 10 fois pour aider la population à affronter un désastre naturel comparativement à 20 fois de 2007 à 2016.

Ça a toujours fait partie des priorités, des missions qui sont données aux Forces armées canadiennes.

Rémi Landry, professeur en politique appliquée, Université de Sherbrooke

Le professeur en politique appliquée et lieutenant-colonel retraité des Forces militaires canadiennes, Rémi Landry, explique qu’il y a toujours des équipes partout au Canada qui sont sur un pied d’alerte pour répondre à ce type de catastrophe.

Les Forces armées canadiennes ne sont pas considérées comme des premiers répondant au même titre que les pompiers et les ambulanciers. L’armée doit plutôt être vue comme une ressource de dernière instance lorsque les autorités civiles en font la demande, nuance le professeur qui a 34 ans de service au sein des Forces canadiennes.

Il explique l’augmentation du nombre de déploiements de l’armée par l’envergure des catastrophes naturelles qui se produisent comme le blizzard historique à Terre-Neuve.

Ce n’est pas tellement le fait qu’il y a plusieurs catastrophes qui se produisent, mais c’est la durée et l'ampleur de ces catastrophes qui avec les années sont en train de changer. Il y en a plus souvent, elles durent plus longtemps et elles nécessitent beaucoup plus de ressources, avance Rémi Landry, en ajoutant qu’il faudra peut-être augmenter les effectifs à l’avenir.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi