Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Rudy Desjardins
Audio fil du mercredi 24 juillet 2019

Une première centrale géothermique pourrait voir le jour en Alberta

Publié le

Il n'y a pas d'usine de géothermie en Alberta pour le moment mais cela pourrait bien changer dans les années à venir.
Il n'y a pas d'usine de géothermie en Alberta pour le moment mais cela pourrait bien changer dans les années à venir.   Photo : La Presse canadienne / La Presse Canadienne

Des chercheurs de l'Université de l'Alberta travaillent de concert avec la société Razor Energy de Calgary pour ériger une première centrale électrique combinant l'énergie géothermique à l'infrastructure pétrolière et gazière existante en Alberta.

La production de l’énergie géothermique devrait permettre d’améliorer de jusqu'à 20 % l'efficacité des centrales qui alimentent l'extraction de pétrole et le gaz naturel, selon Razor Energy.

Les derniers travaux d'ingénierie sont en cours pour faire aboutir ce projet pilote.

« Nous allons de l'avant avec la construction d'une centrale géothermique hybride », soutient dans un communiqué Jonathan Banks, associé de recherche et chef de projet à l'Université de l'Alberta, pour qui « l'utilisation des réserves d'énergie géothermique en coproduction améliorera l'efficacité énergétique dans la province ».

Le projet situé à Swan Hills, en Alberta, vise à produire 21 mégawatts d'électricité par jour, dont cinq à sept mégawatts d'énergie renouvelable à partir de la chaleur des couches profondes de la terre, indiquent les responsables du projet.

Le projet respecte les normes environnementales, selon les responsables de Razor Energy. La technologie réduira également les coûts et l'infrastructure nécessaires pour acheminer l'électricité vers le réseau électrique de l'Alberta.

« Nous pouvons réduire le coût de ce qui nous coûte le plus cher, l'électricité, ce qui améliorera la durée de vie et la rentabilité d'une ancienne exploitation pétrolière », déclare Doug Bailey, président et PDG de Razor Energy, dans un communiqué.

Il espère également vendre le surplus d'électricité produit au réseau albertain.

Premiers essais

Cet été, Jonathan Banks et son équipe participeront à l'installation d'une infrastructure d'échange thermique sur le terrain aux fins d'essais.

« C’est un projet très intéressant. La chaleur générée par l’eau chaude est souvent gaspillée alors qu’elle peut servir pour produire de l’électricité », a réagi Zach Harmer, directeur des politiques à l'Association canadienne de l'Énergie géothermique.

Jasmin Raymond, professeur à l'Institut national de la recherche scientifique (INRS), lui plaide pour le soutien des gouvernements pour développer le secteur.

« Si l’on veut étendre la filière, qu’elle prenne de l’expansion, il faut un appui massif », déclare M. Raymond.

Le projet bénéficie de l’appui financier du Climate Change Innovation and Technology Framework du gouvernement albertain, de la société Alberta Innovates, du Programme de croissance propre de Ressources naturelles Canada et du projet des futurs systèmes énergétiques de l'Université de l'Alberta.

Chargement en cours