•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les francophones noirs dans le Midwest américain : voix, choix et histoire

Le café show

Avec Rudy Desjardins

En semaine de 6 h à 9 h

Les francophones noirs dans le Midwest américain : voix, choix et histoire

Rattrapage du lundi 1 février 2021
Deux fillettes allongées sur un tapis, dans une salle de classe, lisent un livre.

De plus en plus d'immigrants francophones originaires d'Afrique préfèrent l'Amérique du Nord à l'Europe.

Photo : Getty Images / FatCamera

Au cours des dernières décennies, beaucoup d'Africains francophones ont préféré l'Amérique à la France comme terre d'adoption. « Les nations africaines francophones sont en train de déplacer leur allégeance culturelle vers l'Amérique du Nord », explique Claire-Marie Brisson dans sa chronique Francophonie des Amériques, en ce début du mois de l'histoire des Noirs. « Beaucoup de monde, en France même, ont choisi de venir aux États-Unis parce que, même si les préjugés, la discrimination et la force excessive existent toujours aux États-Unis, on avait beaucoup plus d'opportunités. »

En ce moment, beaucoup de nations africaines contribuent à l'immigration aux États-Unis, surtout dans le Midwest, ce qui est vraiment intéressant.

Claire-Marie Brisson

Le phénomène s'observe par des migrations de formes multiples. C'est très difficile d'être immigrant un peu partout, mais l'immigration francophone est vraiment divisée en groupes qui ne sont pas liés seulement à la langue mais aussi à la culture et à la hiérarchie qui a existé même avant, soit en Afrique, soit en France.

Un premier groupe concerne des personnes qui ont immigré avec le statut de réfugiés, quittant des situations difficiles dans leur pays d'origine et vivant parfois encore avec des traumatismes, mais qui se reconstituent des communautés et se soutiennent mutuellement. Un deuxième groupe est constitué de jeunes Français qui sont venus aux États-Unis après les émeutes de 2005, à la recherche d'un emploi. Il y a aussi une certaine diaspora de travail, mentionne Claire-Marie Brisson, ainsi qu'une immigration de personnes hautement qualifiées, comme des professeurs, des écrivains, des ingénieurs et des scientifiques.

En France, il y avait beaucoup de discrimination contre la religion de la plupart des communautés africaines. Aux États-Unis, il y a une nouvelle appréciation pour les musulmans et la liberté de religion est très soulignée, malgré les discriminations et les difficultés pour les communautés noires.

Claire-Marie Brisson

Ces multiples mouvements de migration ont contribué à colorer la langue française parlée aux États-Unis. C'est très intéressant de voir la créolisation de la langue française, anglaise et aussi des expressions régionales qui marquent la langue.

En distinguant l'identité de la langue parlée, poursuit Claire-Marie Brisson, ces groupes, replacés dans une nouvelle géographie, repositionnent ainsi la langue française comme langue post-coloniale non uniquement liée à la France.

Aujourd'hui, les choix que font les francophones noirs permettent de renforcer l'autonomie de ces communautés, écrivant ainsi un nouveau chapitre de l'histoire des Noirs d'Amérique du Nord.

Claire-Marie Brisson

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi