•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le café show

Avec Rudy Desjardins

En semaine de 6 h à 9 h

Charles Michel de Langlade, le père du Wisconsin

Rattrapage du lundi 5 octobre 2020
Reproduction numérique d'une gravure.

Bataille de la Monongahela, à laquelle a participé Charles Michel de Langlade en 1755 (gravure de la fin du xixe siècle).

Photo : Domaine public

Nouveau chapitre de notre série consacrée à la Francophonie des Amériques : Claire-Marie Brisson nous fait découvrir un personnage au parcours sanglant, Charles Michel de Langlade, considéré comme l'un des fondateurs de l'État du Wisconsin. Né en 1729 à Fort Mackinac, sur une île du lac Huron nommée Michilimackinac selon un terme ojibwé signifant « grande tortue », il est le fils d'Augustin Langlade, un marchand de fourrures canadien, et de Domitilde, sœur du chef Outaouais Nissowaquet, la nation la plus puissante dans la région des Grands Lacs à cette époque.

Issu de deux cultures et traditions migratoires très puissantes, il n'a pas choisi : il était à la fois Outaouais et Français. C'est pour cette raison qu'il s'est intéressé à la langue française comme au commerce, aux langues, à l'exploration et à la guerre. C'était un militaire.

Claire-Marie Brisson, autrice du balado The North American Francophone Podcast

Charles Michel de Langlade parlait français couramment, il a étudié chez les jésuites, au Michigan. Son oncle guerrier l'introduit à la guerre dès son plus jeune âge et c'est à 10 ans qu'il participera à sa première bataille. Alors quand s'amorce la guerre de Sept Ans, il veut se joindre aux combattants. Il participe à plusieurs batailles, notamment à la victoire de Fort William Henry en 1756. La prise du fort a été très très sanglante. De 30 à 200 Britanniques ont été tués de façon brutale et les événements qui entouraient la prise du fort étaient si puissants qu'ils ont été transposés en livre et en film, Le dernier des Mohicans.

C'était un événement très très sanglant et les personnages qui participaient à cette bataille, dans l'histoire, sont considérés comme un microcosme de la société américaine et aussi canadienne de l'époque, qui étaient naissantes. Notamment en ce qui concerne leur diversité raciale, les conflits entre les Britanniques, les Français et les Premières Nations. C'est le monde dans lequel vivait Langlade, dans sa jeunesse.

Claire-Marie Brisson, autrice du balado The North American Francophone Podcast

Après la guerre de Sept Ans, il a fondé Green Bay au Wisconsin, La Baie comme on appelait à l'époque. D'abord poste de traite de fourrures établi par Jean Nicolet, le lieu est devenu un poste semi-permanent en 1717 après que le père de Langlade a réinvesti dans le commerce des fourrures dans cette région. Mais les pertes de la guerre de Sept Ans ont souligné à Charles Michel de Langlade l'importance d'établir une habitation en permanence. Il a réétabli la région une troisième fois en 1745 et a officiellement fondé La Baie en 1764. La guerre n'est pas terminée, et une autre s'enchaînera aussitôt, celle de la révolution américaine.

À cette époque, donc, si l'État du Wisconsin n'existe pas encore officiellement, Charles Michel de Langlade passera à la postérité comme le premier colonisateur de la région. Il veut avoir la puissance comme les colonisateurs d'autres provenances. (...) Il a voulu créer La Baie pour avoir une colonie plutôt à la française mais aussi à l'outaouaise.

Le territoire a été admis aux États-Unis à un moment où il y avait beaucoup de Franco-Américains, mais aussi beaucoup de Français, de Canadiens français. À côté des Franco-Américains, il y avait des colons scandinaves, allemands et suisses, qui venaient nombreux. Donc il y avait un mélange de langues. C'est pour cela que les "Wisconsanais" ont un accent très intéressant en anglais.

Claire-Marie Brisson, autrice du balado The North American Francophone Podcast

Malgré que de nombreuses villes du Wisconsin portent encore des noms français, – lac du Flambeau, Eau claire, La Crosse –, l'immigration et la colonisation françaises dans le Wisconsin ont été minimes après Langlade, explique-t-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi