•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manque de ressources pour les 1500 sans-abri de Winnipeg

Le 6 à 9

Avec Patricia Bitu Tshikudi

En semaine de 6 h à 9 h

Manque de ressources pour les 1500 sans-abri de Winnipeg

Rattrapage du mercredi 27 janvier 2021
Un homme sur un trottoir se frotte les mains pour se réchauffer.

De plus en plus de sans-abri sont recensés dans la Ville de Toronto. Les organismes d'aide se mettent en marche.

Photo : iStock

Avec les températures glaciales, les besoins d'hébergement des personnes en situation d'itinérance apparaissent encore plus criants. Rebecca Blaikie, directrice des services communautaires à la Clinique Mont-Carmel, explique que certains refuges sont au maximum de leur capacité, et que ce ne sont pas toutes les personnes sans-abri qui s'y sentent en sécurité.

Dans l’ensemble, les ressources sont insuffisantes pour venir en aide aux quelque 1500 personnes qui sont sans domicile fixe à Winnipeg, affirme Rebecca Blaikie, en s’appuyant sur le dernier décompte (2018), forcément approximatif, de la population itinérante de la capitale.

La pandémie complexifie la situation, alors que les endroits que fréquentent habituellement les sans-abri pour se réchauffer, comme les bibliothèques, sont fermés. « Il fait également froid le jour », souligne-t-elle.

Mme Blaikie ajoute que les difficultés de l’itinérance sont « différentes » pour les femmes, pour qui les refuges ne représentent pas nécessairement des espaces sécuritaires. « Beaucoup de femmes qui vivent l’itinérance vivent aussi des situations de violence », note-t-elle.

Elle en appelle donc à la création de secteurs spécifiques pour la population féminine, dont l’itinérance est par ailleurs souvent « moins visible », poursuit-elle. Elle donne l’exemple de femmes qui, faute d’un toit, se trouvent à dormir sur un divan, dans un endroit où elles subissent des violences sexuelles.

Selon Rebecca Blaikie, la solution ne réside pas dans l’expansion de refuges, qui est une mesure temporaire. Il conviendrait plutôt d’investir dans la construction de logements accessibles, salubres et sécuritaires pour les personnes désirant sortir de l’itinérance.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi