•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des mesures sanitaires qui changent tout le temps : le casse-tête des commerçants

Le 6 à 9

Avec Patricia Bitu Tshikudi

En semaine de 6 h à 9 h

Des mesures sanitaires qui changent tout le temps : le casse-tête des commerçants

Rattrapage du jeudi 12 novembre 2020
Alix Loiselle, propriétaire de la boulangerie La Belle Baguette, Saint-Boniface

Alix Loiselle, propriétaire de la boulangerie La Belle Baguette

Photo : Vincent Rességuier

Les mesures sanitaires et les restrictions diverses se succèdent depuis le printemps dernier. Dans les petites entreprises, les propriétaires doivent savoir s'adapter pour maintenir les affaires à flot. Alix Loiselle, propriétaire de la boulangerie La Belle Baguette, dit constamment devoir restructurer son entreprise, au rythme des nombreuses annonces des autorités sanitaires, qui génèrent leur lot de stress.

Depuis le printemps dernier, Alix Loiselle a effectué plusieurs changements au fonctionnement de sa boulangerie. Parallèlement à l’installation de panneaux de plexiglas, aux commandes de gel hydroalcoolique et autres achats de masques pour les employés, la boulangerie a rapidement mis sur pied une boutique en ligne avec option de livraison. Ce modèle a disparu lorsque, à l’été, les clients ont de nouveau afflué dans les deux succursales, raconte le propriétaire.

À l'annonce de l’imposition de nouvelles restrictions, l’entrepreneur doit de nouveau s’adapter, avec des paramètres et des ressources qui ne sont plus les mêmes qu’au printemps.

La boulangerie, dont les succursales demeurent ouvertes, en est à étoffer son menu virtuel. Les clients seront encouragés à y faire leur choix, puis à téléphoner en boutique et à passer ensuite chercher leur commande. Pour la livraison, Alix Loiselle fait maintenant affaire avec une compagnie qui offre ce service.

Le « plus gros défi » de l’entreprise reste celui de la perte des contrats que la boulangerie avait avec des restaurants, des salles de concert ou des événements, secteurs où les fermetures et annulations se succèdent, indique Alix Loiselle.

Forcément, les revenus de l’entreprise en souffrent, même si la boulangerie peut compter sur une clientèle « très fidèle », souligne le propriétaire reconnaissant.

Alix Loiselle croit que des restrictions « plus stable[s] et proacti[ves] » réduiraient le niveau de stress tant chez les entrepreneurs que dans la population en général, quitte à ce qu’elles soient sévères dès le début. Avec les changements et les volte-face dans les mesures sanitaires annoncées, l’adaptation est selon lui difficile pour tous. « C’est presque impossible de gérer une entreprise de cette façon-là », fait-il valoir.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi