•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le 6 à 9

Avec Patricia Bitu Tshikudi

En semaine de 6 h à 9 h

Demande accrue de masques pour l'automne

Rattrapage du mardi 18 août 2020
Une femme à lunettes porte un masque bleu.

Andreanne Dandeneau essaie l'un des masques qu'elle a fabriqué.

Photo : Radio-Canada

L'augmentation de cas de la COVID-19, annoncés quotidiennement au Manitoba, et l'arrivée prochainement de la rentrée scolaire entraînent une demande accrue de masques pour adultes et enfants. C'est du moins l'expérience d'Andréanne Dandeneau, designer derrière la griffe Anne Mulaire, qui s'est lancée dans la production de couvre-visages au printemps dernier.

Andréanne Dandeneau décrit la demande de masques comme une « vague », très forte au début de la pandémie, « adoucie » à l’été, puis en augmentation au mois d’août, avec la reprise des activités économiques et la prochaine rentrée scolaire, estime-t-elle. La designer s’attend également à ce que les gens cherchent à se munir de masques à l’automne, qui apporte d’ordinaire son lot de rhumes et de virus de toutes sortes.

La production de l’atelier, constante à 150 masques par jour, lui permet de répondre à la demande, assure Mme Dandeneau, notamment parce que la griffe a maintenu son rythme de confection même durant le creux de la vague, ce qui lui a permis d’accumuler des stocks. Mme Dandeneau remarque toutefois que la recrudescence des demandes est survenue plus tôt que ce qu’elle anticipait, mettant ainsi de la pression sur l’atelier, au moment où la griffe doit aussi terminer sa collection d’automne.

Plus que la quantité de masques produits, c’est leur qualité qui lui importe. « Ils sont bien faits », indique Mme Dandeneau, en soulignant qu’elle souhaite que les gens puissent les laver chaque jour et les réutiliser pendant un an.

Depuis le début de la pandémie, Andréanne Dandeneau a commencé à répondre à la demande de masques pour enfants. La semaine prochaine, elle mettra en ligne une offre de couvre-visages pour les jeunes de 7 à 12 ans, dans l’optique d’en faciliter l’achat à l’approche de la rentrée scolaire ou en vue de voyages interprovinciaux.

La griffe a aussi créé un produit par le biais duquel ceux qui le désirent peuvent faire un don de masque. « Quand ils font un don, nous on en fait un et on le donne à des organismes », indique Mme Dandeneau, en faisant remarquer que plusieurs organismes à but non lucratif ont des besoins de couvre-visages.

Mme Dandeneau croit que le port du masque pourra demeurer après la pandémie. Un masque, « c’est génial », affirme celle qui y voit une marque de respect envers les autres lorsqu’un virus circule - et quel que soit ce virus.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi