•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le revenu minimum garanti expliqué

Le 6 à 9

Avec Patricia Bitu Tshikudi

En semaine de 6 h à 9 h

Le revenu minimum garanti expliqué

Rattrapage du vendredi 26 juin 2020
Tableau montrant le revenu minimum garanti par le programme Mincome au Manitoba dans les années 1970.

Le concept de revenu minimum garanti a ses défenseurs au Canada depuis des décennies.

Photo : Radio-Canada

Le projet d'un revenu minimum garanti revient sporadiquement à l'ordre du jour des discussions politiques et économiques au pays, à la faveur de projets pilotes mis en place dans plusieurs provinces depuis des décennies. Le Manitoba a d'ailleurs déjà tenté l'expérience, avec le programme Mincome dans les années 70.

Les objectifs à la base des diverses initiatives de revenu minimum garanti sont généralement d’assurer une meilleure redistribution des richesses et de réduire, voire d’éliminer, la pauvreté, explique Nicolas-Guillaume Martineau. Le professeur au collège Glendon de l’Université York indique que ce concept veut satisfaire aux besoins de base des individus, afin que ceux-ci soient en mesure de participer à la société.

À ceux qui arguent que de tels programmes inciteraient les gens à ne pas chercher de travail, le professeur répond que les études effectuées à propos de projets pilotes au Canada et aux États-Unis indiquent qu’« il n’y a pas eu d’effet dramatique dans la baisse de la participation au marché du travail ».

Selon Nicolas-Guillaume Martineau, un programme mal conçu pourrait toutefois avoir un impact négatif. « Si on vous retire votre revenu garanti à un rythme trop élevé au fur et à mesure que vous gagnez des dollars supplémentaires sur le marché du travail, vous serez peu incité à chercher du travail », donne-t-il en guise d’exemple.

Il indique qu’en revanche le calcul des seuils effectué dans le cadre de l’établissement de projets pilotes vise à préserver l’incitatif à l’emploi, mais aussi à encourager toutes formes de participation à la société, qu'il s'agisse de bénévolat ou encore de soins portés à une personne à charge.

Selon M. Martineau, ce sont surtout des raisons politiques et des divergences d’opinions quant aux modalités d’application d’un revenu minimum garanti qui ont fait en sorte qu’à ce jour aucun programme n’a été mis en place.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi