•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les pères souhaitent passer plus de temps avec leurs enfants, révèle une étude

Le 6 à 9

Avec Patricia Bitu Tshikudi

En semaine de 6 h à 9 h

Les pères souhaitent passer plus de temps avec leurs enfants, révèle une étude

Rattrapage du vendredi 19 juin 2020
Un père et son fils

Un père et son fils

Photo : iStock

Les pères canadiens considèrent que le confinement a eu un impact positif sur leur rôle auprès de leur famille et sont désormais plus conscients de leur importance pour leurs enfants. C'est ce que révèle une étude menée par la Fondation pour la santé des hommes du Canada et par The Men's Initiative, organisme affilié avec l'Université de la Colombie-Britannique, qui a permis de sonder plus de 1000 pères à travers le pays et d'écouter une quarantaine d'entre eux, par le biais d'un groupe de discussion.

Gestionnaire de programme pour The Men’s Initiative, Evan Jolicoeur explique que le projet visait à examiner le « côté positif » de la pandémie.

Il en ressort que les pères ont globalement « appris sur eux-mêmes et sur leurs enfants » et qu’ils se sentent désormais plus près d’eux, explique M. Jolicoeur. Surtout, la moitié de la population sondée dit s’être engagée plus activement dans la vie familiale et souhaite pouvoir continuer à le faire une fois la pandémie terminée.

Les pères ont d’ailleurs déclaré craindre un retour à la vie d’avant, « parce qu’ils ne voulaient pas renoncer à ce qu’ils avaient gagné en termes de relation avec leurs enfants alors qu’ils étaient à la maison pendant le confinement », soutient M. Jolicoeur. Il précise que les hommes sont passés « des activités à des relations et à des conversations significatives », qu’ils ont découvert le plaisir et l’intimité des discussions, espace qui était auparavant occupé par de nombreuses activités extrascolaires.

Tout n’a néanmoins pas été rose. Les hommes ont avoué avoir trouvé les premières semaines de confinement difficiles. Ça a été « autant une bénédiction qu’un défi », commente M. Jolicoeur. Il explique que les pères sont « devenus plus conscients des problèmes, des préoccupations et des émotions que les enfants peuvent vivre », et que pour certains d’entre eux « apprendre à répondre de manière appropriée à [leurs] enfants était un défi » dans un contexte aussi particulier que celui du confinement. Ils ont donc dû cultiver leur patience, déclare-t-il.

La plupart des pères disent aussi avoir pris conscience de l’ampleur de la tâche des mères. Ils déclarent avoir beaucoup de « respect » pour leur compagne, « ils comprennent mieux les difficultés et l’énergie [...] derrière toutes les petites choses, les tâches, pour prendre soin des enfants », souligne M. Jolicoeur.

M. Jolicoeur estime que pour que ces apprentissages puissent s’étendre au-delà de la crise de la COVID-19, des changements culturels et politiques seraient nécessaires, notamment par le biais d’ajustements dans les milieux de travail.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi