Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Patricia Bitu Tshikudi
Le 6 à 9
Audio fil du mercredi 30 janvier 2019

Le festival de musique nouvelle : une bonne raison d'avoir froid

Publié le

Un homme chaudement habillé souffle dans une énorme trompette transparente. L'angelot des neiges se trouve dans quelque paysage montagneux.
Terje Isungset et l'un de ses instruments de musique en glace   Photo : Bjørn Furuseth/Ice music

L'artiste norvégien Terje Isungset a eu une drôle de réflexion lors du concert qu'il a offert vendredi dernier, dans le cadre du lancement du festival de musique nouvelle Winnipeg Symphonic Orchestra New Music Festival. Il se demandait pourquoi des gens payaient pour venir le voir.

L'anecdote prend tout son sens quand on en connaît le contexte. Son spectacle, intitulé Glacial time, avait lieu en extérieur par une nuit très froide, sur le site de La Fourche. Tous les instruments étaient faits de glace. Une soirée exceptionnelle, selon Joseph Peloquin-Hopfner, membre du collectif des mangeurs d'art, qui était sur place.

La beauté, c'est un peu la réflexion bouddhiste derrière la culture de la musique, avec des sculptures de glace. Parce qu'on sait qu'on joue de la musique avec, puis qu'ensuite, ça va partir.

Joseph Péloquin-Hopfner

Joseph Peloquin-Hopfner a aussi assisté au concert Animals As Leader, une soirée de musique progressive/metal/instrumental qui explorait les origines classiques de la musique métal. Un bémol:

Le seul problème, c'est que pour accommoder les habitués de l'orchestre, ils ont descendu le volume. L'équilibre ou le mix de la musique n'était pas parfait.

Joseph Péloquin-Hopfner

Il a trouvé plutôt amusant d'entendre des spectateurs hurler : « monter le volume » après une chanson. C'est un comportement loin de l'étiquette habituelle à la salle du Centenaire. Si les organisateurs du festival de musique nouvelle souhaitait rapprocher la musique classique et le métal, ils ont réussi, selon Joseph Peloquin-Hopfner.

Ce festival se poursuit jusqu'au vendredi 1er février.

Les mangeurs d'art

Chaque semaine, un des 5 membres du groupe des mangeurs d'art vient nous présenter des événements culturels qu’il a vus ou auxquels il a participé. Il nous offre aussi des suggestions d'activités. Les mangeurs d'art tirent leur nom de leur appétit insatiable pour les arts et la culture et leur nom est aussi un sympathique clin d'oeil historique bien manitobain aux mangeurs de lard, les apprentis voyageurs.

Les mangeurs d'art sont :

Amber O’Reilly
Joseph Péloquin-Hopfner
Émilie Lemay
Eric Plamondon
Emmanuelle Rigaud

Chargement en cours