•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le 6 à 9

Avec Patricia Bitu Tshikudi

En semaine de 6 h à 9 h

100 chroniques pour Des éprouvettes et des hommes!

Rattrapage du mardi 17 novembre 2020
L'inscription «Des éprouvettes et des hommes» à côté d'un microscope.

C'est la 100e chronique du segment «Des éprouvettes et des hommes».

Photo : Radio-Canada / Des éprouvettes et des hommes

La pandémie met en lumière le travail des chercheurs et l'importance de la communication scientifique. Pour sa centième chronique, Jean-Eric Ghia s'entoure d'experts pour discuter du rôle et de la responsabilité de la vulgarisation scientifique.

Jean-Eric Ghia présente les trois piliers de la communication, trois facteurs qui peuvent agir sur la transmission du message. L’individu qui reçoit l’information, avec son profil et son état d’esprit particuliers, est l’un d’eux. Le chroniqueur mentionne également les canaux de communication, qui sont en évolution et « se fractionnent » avec la montée des réseaux sociaux. Enfin, la vulgarisation scientifique dépend aussi du chercheur, de ses compétences comme de son intégrité.

Au centre de tout cela réside bien entendu la science, rappelle le chroniqueur, dont les hypothèses et découvertes évoluent toujours. La pandémie actuelle l’illustre abondamment.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi