Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Michel Lacombe
Audio fil du samedi 19 août 2017

Une leçon d'audace avec Gilles Ste-Croix

Publié le

Le guide créatif et cofondateur du Cirque du Soleil, Gilles Ste-Croix
Le guide créatif et cofondateur du Cirque du Soleil, Gilles Ste-Croix   Photo : Radio-Canada / Olivier Lalande

« Il faut oser. Il faut oser dire qu'on veut faire du théâtre et former une troupe. Ou se dire qu'on peut être le représentant des élèves à la polyvalente. » Pour devenir l'un des piliers du Cirque du Soleil, Gilles Ste-Croix a été un fonceur qui n'a pas craint de faire appel au bluff et aux coups d'éclat pour parvenir à ses fins.

Natif de La Sarre, en Abitibi, il a été marqué par la résilience de son père, qui avait défriché la terre familiale une acre à la fois. « Si on travaille fort, on va réussir. Je suis un grand travailleur. Un bosseur. On peut avoir de la réussite, si on travaille fort », révèle-t-il à Michel Lacombe dans cette entrevue réalisée pour Le 21e.

Souhaitant quitter son village natal et faire des études au séminaire, Gilles Ste-Croix s’est rendu à Vancouver, où il a découvert la contre-culture et la drogue. Il est revenu au Québec à l’âge de 24 ans avec le souhait de « monter une société qui est beaucoup plus proche de l’humain que du système économique ». Il se retrouvera animateur d’une auberge de jeunesse à Baie-Saint-Paul, où il fondera le Cirque du Soleil, notamment grâce à un échasse-o-thon de 22 heures de Charlevoix à Québec.

L’argent ne fait pas le bonheur
Pour assurer une sécurité financière à sa famille, Gilles Ste-Croix n’a jamais été copropriétaire du Cirque du Soleil. Il a préféré être un employé fondateur de l’entreprise en tant que directeur artistique, directeur de la création et directeur de casting, et ce, pendant 30 ans.

Il n’est pas jaloux du 1,9 milliard de dollars récolté par Guy Laliberté lors de la vente du Cirque en 2014. « Je n’ai pas besoin d’un milliard pour être heureux. Lui, peut-être, mais pas moi. Ce n’est que de l’argent. La vie que j’ai eue vaut tous les milliards du monde. Tous les amis que j’ai. Tout le bonheur que j’ai causé à travers ce que j’ai fait. Ça, on ne pourrait jamais me l’enlever. C’est d’une valeur incroyable. »

Michel Lacombe rencontre Gilles Ste Croix, co-fondateurs du Cirque du Soleil, fondateur du cirque pour enfants le Circo de Los Niños, auteur de MA PLACE AU SOLEIL

Chargement en cours