•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le 21e

Avec Michel Lacombe

Le lundi de 21 h à 22 h
(en rediffusion le mardi à 3 h)

Catherine Mavrikakis, d’écrivaine à enseignante

Elle sourit au micro.

Catherine Mavrikakis, écrivaine et professeure au département des littératures de langue française à Université de Montréal.

Photo : Radio-Canada / Hamza Abouelouafaa

« Je pense que j'ai une vocation pour l'enseignement beaucoup plus que pour l'écriture », affirme Catherine Mavrikakis, écrivaine et professeure au Département des littératures de langue française à Université de Montréal. L'écrivaine se penche sur son amour pour le métier d'enseignante et se trouve chanceuse d'avoir l'occasion de transformer le monde de manière immédiate, en se trouvant devant une classe.

Marquée par une enfance complexe, Catherine Mavrikakis décrit la difficile relation qu’elle avait avec son père comme une partie marquante de sa vie qui a influencé profondément son esprit créatif et son style littéraire.

Mon père est un homme de fiction, qui racontait des histoires aux gens pour les voler. Si je n’avais pas eu mon père, je n’aurais peut-être pas eu ce même rapport à la fiction. [...] Il y a cette grande colère pour mon père et cette espèce d'admiration. Il avait arrêté l’école en 6e année et il se faisait passer pour un avocat international.

Catherine Mavrikakis

Elle parle également de la difficulté qu'elle a eue à s'identifier à une culture et à rester dans un pays alors que son père était grec, que sa mère était française et qu’elle-même est née aux États-Unis. L’écrivaine parle de son rapport à la COVID-19 comme enseignante et du manque flagrant de hasard dans sa vie en 2020.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi