Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

L'animateur Martin Labrosse
Audio fil du mercredi 19 décembre 2018

Des groupes Facebook pour fouiller dans le passé des villes

Publié le

Une photo d'époque avec une calèche.
Sur le groupe Facebook Clichés du passé de Saint-Jean sur Richelieu, des passionnés partagent des photos d'histoire de Saint-Jean-Sur-Richelieu.   Photo : Facebook / Clichés du passé de Saint-Jean sur Richelieu

Il est possible que vous les voyiez fleurir dans votre fil Facebook, ou peut-être en faites-vous partie : ces groupes et ces pages qui fouillent dans les souvenirs des villes. Leurs membres retombent sur de vieilles photos ou l'histoire de certains bâtiments... et font revivre le passé de ces villes en ligne.

Le groupe Clins d'œil au passé de Saint-Jean-sur-Richelieu rassemble près de 6300 membres sur Facebook. Il est administré par Claude Galipeau, qui est pompier à Montréal, mais originaire de Saint-Jean-sur-Richelieu. Ce grand passionné des bâtiments historiques a lancé cette page en 2012, à la suite du décès de son père, pour se changer les idées.

« Mon père, dans les années 70, aimait prendre en photo le centre-ville de Saint-Jean, les maisons... J'ai commencé [ma page] avec ses photos », explique-t-il.

Enquêter en ligne sur des coins de rue

Chez Claude Galipeau domine la volonté de valoriser le patrimoine au bord de l'oubli ou même déjà disparu. Sa spécialité : des photos de coins de rue avec, d'un côté, l'image en noir et blanc du passé et, de l'autre, celle d'aujourd'hui.

Et rien ne lui plaît davantage que de répondre aux questions d'un membre qui souhaite savoir ce qu'est devenu un commerce dont il a poussé la porte alors qu'il n'était qu'un enfant. Parfois, en répondant à des demandes des membres du groupe, il tombe sur des histoires qui étaient inconnues – même du côté des historiens locaux –, comme celle d'une salle d'opéra oubliée à Saint-Jean-sur-Richelieu et dont les bancs ont été légués à la cathédrale Saint-Jean-l'Évangéliste.

La démolition de la maison Boileau, à Chambly, a défrayé la chronique récemment. Selon Claude Galipeau, l'Auberge des Trois-Rives, un des plus vieux bâtiments de Saint-Jean-sur-Richelieu, est à l'abandon depuis plusieurs années et voué à disparaître.

Retrouver ses vieux amis du baseball

Les photos de patrimoine bâti représentent une partie des publications du groupe, qui est aussi animé par des jeux-questionnaires et des sondages. Mais le groupe devient également un lieu numérique permettant de retrouver des amis d'avant, par exemple des écoliers nés dans les années 40 qui renouent avec d'anciens camarades de classe en s'identifiant sur leurs photos de classe ou d'équipe de baseball.

En parcourant les différentes publications des groupes, on constate que la nostalgie est bien présente. Cela explique en partie le succès de ces groupes, indique Katharina Niemeyer, professeure à l'École des médias de la Faculté de communication de l'Université du Québec à Montréal.

« Le numérique permet d'accumuler le passé autrement, à travers un archivage très personnel. [...] Les personnes se rendent compte que lorsque l'on retourne sur un lieu d'enfance, soit tout a changé, soit rien n'a changé, et cela les affecte. Dans ces groupes-là, on parle indirectement des choses qui nous manquent, que l'on regrette, mais aussi des points positifs », explique-t-elle.

Chargement en cours