Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

L'animateur Martin Labrosse
Audio fil du mardi 27 novembre 2018

Démolition de la maison Boileau : des justifications discutables

Publié le

Une maison ancienne en train de se faire démolir par une pelle mécanique.
La maison Boileau au moment de sa démolition   Photo : Radio-Canada / René Saint-Louis

La Ville de Chambly a tenu un point de presse cette semaine pour expliquer les raisons qui l'ont poussée à détruire la maison du patriote René Boileau. Or, selon notre journaliste René Saint-Louis, les justifications données par l'administration municipale sont plutôt discutables.

Devant les journalistes, le directeur général de la Ville, Michel Larose, a expliqué que la maison Boileau représentait un danger et qu'il était urgent de la démolir : La maison tombe. Ça tombe sur le trottoir, ça tombe dans la rue. Je vous le dis, il y a un risque.

René Saint-Louis est allé vérifier la distance qui séparait la maison des deux rues qui la jouxtaient. Le bâtiment se trouvait à plus de 10 mètres de la rue de Bourgogne, et à environ 8 mètres de la rue Martel, et ne représentait donc pas un très grand risque pour les passants. Le journaliste ajoute que depuis plusieurs mois, le site était entouré d'un périmètre de sécurité.

Pendant deux ans, des citoyens de Chambly ont demandé à la Ville de publier les rapports d'inspection de la maison Boileau. Ceux-ci ont été mis en ligne cette semaine, et aucun ne mentionne la nécessité de détruire la maison. Par contre, il y est précisé que la restauration aurait été complexe et qu'elle aurait pu coûter jusqu'à 1,3 million de dollars. On est toutefois loin du montant de 2 millions évoqué par la Ville de Chambly la semaine dernière.

Selon l'entrepreneur Michel Martel, qui se spécialise dans la restauration de bâtiments ancestraux et qui a visité la maison Boileau, celle-ci aurait pu faire l'objet d'une mise en valeur. Cette maison avait encore beaucoup de potentiel ancien pour la restaurer, croit-il. J'ai photographié beaucoup d'éléments qui auraient pu être mis en valeur lors d'une restauration.

Néanmoins, les élus de Chambly estiment avoir pris la bonne décision dans ce dossier. Le mea culpa que je pourrais faire, c'est que la prochaine fois, je vais le communiquer un peu plus rapidement, a affirmé le directeur général, Michel Larose.

Chargement en cours