Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Audio fil du mardi 13 mars 2018

Être malade, ça coûte cher

Publié le

Un homme tient la main d'un enfant couché sur un lit d'hôpital et branché à un soluté.
Un enfant malade à l'hôpital (archives).   Photo : Shutterstock/A3pfamily

Même lorsque l'on a des assurances, la maladie entraîne des coûts auxquels on ne pense pas toujours, mais qui peuvent causer un grand stress financier.

Andrée-Anne Guénette et son mari avaient de bons emplois lorsque la maladie a frappé ce dernier. Ils bénéficiaient d'une assurance médicaments et invalidité. Ils étaient propriétaires d'une maison à la hauteur de leurs moyens, mais ils ont tout de même dû débourser beaucoup d'argent pour toutes sortes de dépenses liées au traitement du cancer.

Le mari de Mme Guénette a notamment dû changer son alimentation et prendre des suppléments. « Mon épicerie est allée jusqu'à 1500 $ par mois », raconte Andrée-Anne Guénette. « Au début, on est beaucoup porté par l'adrénaline », ajoute-t-elle. « Mais au fil des mois, ça s'essouffle un peu, puis on doit, des fois par pure fatigue, se tourner vers le traiteur, des repas tout préparés. »

La maladie peut aussi obliger les gens à réaménager leur maison. Pour certains, une rampe d'accès doit être installée. Dans le cas d'Andrée-Anne Guénette, il a fallu aménager une nouvelle salle de bain, pendant que son conjoint était en pleine chimiothérapie. « On avait un petit loup qui était en apprentissage de la propreté », explique-t-elle. « On sait que ça signifie souvent plusieurs aller-retour à la salle de bain, mais j'avais un conjoint qui était souvent en train de vomir. Donc, ça ne fonctionnait pas du tout. »

La Coalition priorité cancer au Québec estime que les familles dont un membre souffre du cancer dépensent 300 $ de plus par mois en raison de la maladie.

Toutefois, d'autres types de maladies, comme le virus de l’immunodéficience humaine (VIH), sont elles aussi synonymes de coûts élevés. Arnold Brookhuis est porteur du virus depuis 27 ans. « J'ai vérifié mes déclarations de revenus, et ça me coûte de 4000 $ à 9000 $ par année en soins dentaires, mais aussi en soins paramédicaux et en médicaments », affirme-t-il.

Les enfants malades ont droit à plus d'aide financière. Deux ans après la mort du conjoint d'Andrée-Anne Guénette, c'est son fils qui est tombé malade. Elle a reçu de l'argent de la Fondation de Leucan, ce qui lui a permis de payer, entre autres, les frais de stationnement de l'hôpital Sainte-Justine, qui s'élèvent à 18 $ par jour.

Lisez la suite du reportage de Marie-Ève Cousineau : Quand il n'y a que le sociofinancement pour subvenir aux besoins des malades

Chargement en cours