Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Audio fil du lundi 26 février 2018

Commerces au nom anglais : une tendance qui s’accentue à Montréal

Publié le

Montage de photos montrant des façades de commerces ayant un nom anglais
Des commerces de Montréal ayant un nom anglais   Photo : Robert-f Yelle

Il n'est pas nouveau de voir à Montréal des magasins portant un nom anglophone, mais la tendance semble s'accentuer. De nombreux commerces qui ont récemment vu le jour ont un nom anglais, même si leurs propriétaires sont francophones.

L’Office québécois de la langue française ne tient pas de statistiques sur le nombre de commerces ayant un nom anglais. Toutefois, ceux-ci sont bien présents dans le paysage montréalais.

Pourquoi des francophones choisissent-ils un nom anglais pour leur entreprise? Pour plusieurs, un nom anglais dégage une image de grandeur. « Toutes les marques sont relativement plus anglophones que francophones », affirme la coactionnaire de la lunetterie Eye Am, Lucie Laurin. « Trouver des mots francophones qui ont ce même poids, on n’en a pas été capables », ajoute-t-elle.

Selon le professeur de marketing Jacques Nantes, le choix d’un nom anglais peut avoir des retombées positives pour une entreprise québécoise, si le contexte s’y prête. « C'est positif, dans la mesure où ça répond à la stratégie qui est derrière, de dire : "On est mondial, dans un courant international". Si l'on ne réussit pas à passer ce message-là, si l'on est vu comme local et qu'on a choisi, à Montréal, d'adopter une enseigne anglaise, c'est sûr que ça va heurter des susceptibilités. »

En toute légalité

Selon le nouveau règlement adopté en 2016, si un commerce est enregistré en français, il doit utiliser cette langue dans son affichage. Cependant, s’il est enregistré en anglais seulement, l’enseigne peut être en anglais, mais le français doit aussi y être présent.

« Il peut y avoir un nom en anglais, mais il doit être accompagné, par exemple, de "restaurant un tel", "magasin un tel" », précise le porte-parole de l'Office québécois de la langue française, Jean-Pierre Leblanc.

Ce règlement est loin de satisfaire les défenseurs de la langue française, comme le président de la Société Saint-Jean-Baptiste, Maxime Laporte : « C'est problématique, parce que, historiquement, on est passé en 1977, lors de l'adoption de la Charte de la langue française, à l'unilinguisme français dans l'affichage commercial. Puis, à la fin des années 1980, on est passé au bilinguisme avec une nette prédominance du français à la suite d'une décision de la Cour suprême, qui venait charcuter une partie de notre loi 101. Et là, le gouvernement Couillard arrive avec un nouveau concept, qui ne m'apparaît franchement pas idéal, celui de la présence suffisante du français pour des façades de magasins. »

Ce sera quoi, la prochaine étape? La présence symbolique du français?

Maxime Laporte, président de la Société Saint-Jean-Baptiste

Chargement en cours