Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Audio fil du jeudi 4 janvier 2018

Distraction au volant : quand l'équipement à bord nuit à l'attention

Publié le

Un homme aux cheveux blancs dans l'habitacle de sa voiture.
Gad Elmoznino est propriétaire d'une Tesla Model S depuis 5 ans.   Photo : Radio-Canada / Julien Poirier-Malo

Avant, dans les voitures, quelques boutons suffisaient pour tout contrôler. Désormais, le conducteur a souvent l'équivalent d'un ordinateur sous ses yeux en tout temps. Les conducteurs distraits sont-ils victimes de la technologie à bord de l'habitacle de leur véhicule?

Dans la Tesla Model S : un écran tactile de 43 centimètres (17 pouces)

Les actions les plus banales qu'on pose dans l’habitacle de la voiture peuvent mener à des accidents, car il suffit de quelques secondes pour perdre le contrôle d’un véhicule. La radio peut, par exemple, détourner l'attention du conducteur de la route.

J’étais rendu à deux rues de chez moi. Et là, en changeant de poste, il y a un accident inévitable qui est en train d’arriver [ ... ] Ça a cogné fort; j’étais quand même surpris.

Arcadio, conducteur

Certaines voitures disposent d'un équipement qui attire encore plus les yeux des conducteurs. Gad Elmoznino est propriétaire d’une Tesla Model S. Elle est équipée d’un écran tactile de 43 centimètres (17 pouces) qui contrôle tout dans la voiture et qui propose un navigateur Internet, comme sur un ordinateur. Selon lui, le système est intuitif et peu distrayant, mais il faut prendre le temps de comprendre comment fonctionnent les différentes commandes pour les mémoriser et les manipuler par réflexe par la suite.

Du bon usage de l'équipement électronique

Martin Lavallière est professeur chercheur à l'Université du Québec à Chicoutimi (UQAC). Il revient d'un stage postdoctoral de deux ans au Massachusetts Institute of Technology (MIT) de Boston consacré aux technologies embarquées et à la distraction au volant. Selon lui, certains équipements actuels, notamment les alarmes anticollisions, ont le mérite d’attirer l’attention du conducteur sur ce qui se passe devant lui. Mais ces équipements d'assistance créent chez de nombreux conducteurs une confiance aveugle dans la technologie à bord et les rendent moins enclins à être attentifs à ce qui se passe sur la route.

Selon Martin Lavallière, si on interdit des technologies potentiellement distrayantes à bord (comme le Bluetooth), les conducteurs vont amener d’autres appareils dans leur véhicule.

Chargement en cours