•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un colombophile se bat en cour pour élever des pigeons à Longueuil

Le 15-18

Avec Annie Desrochers

En semaine de 15 h à 18 h

Un colombophile se bat en cour pour élever des pigeons à Longueuil

Boyco Atanassov tient des pigeons dans ses mains, à l'extérieur de son columbarium.

L'élevage de pigeon est une passion transmise de génération en génération au sein de la famille de Boyco Atanassov.

Photo : Radio-Canada / Philippe-Antoine Saulnier

Un résident de Longueuil a dû se battre devant les tribunaux pour défendre sa passion : celle d'élever des pigeons voyageurs. Boyco Atanassov a importé des pigeons européens au pays peu de temps après son arrivée au Québec. Il ignorait cependant que cette espèce d'oiseaux est interdite sur le territoire de Longueuil depuis 2008. Un juge a cependant donné gain de cause à l'homme d'origine bulgare dans un jugement rendu le mois dernier.

Boyco Atanassov élève des pigeons voyageurs essentiellement pour participer à des courses. On commence quand ils sont bébés. Il faut les observer, voir la façon dont ils regardent, la façon dont ils bougent; quand on leur donne à manger, qui sont les premiers à venir, explique l’éleveur.

Pour entraîner ses pigeons à faire la course, Boyco Atanassov les transporte dans des cages loin du columbarium. L’entraînement commence sur une distance de 1 km et peut s'étendre jusque sur 1000 km. Le pigeon doit alors rentrer le plus vite possible dans sa volière.

Après une plainte de la part d’une voisine et la visite des policiers, il s'était résigné à déménager ses pigeons à Montréal, dans le garage où il travaille. Toutefois, la pandémie et le confinement l’ont obligé à ramener ses oiseaux chez lui. Je me suis dit qu’on allait fermer Montréal en mars et que si je les laissais là-bas, ils allaient mourir si je ne pouvais pas traverser.

Des pigeons dans un columbarium : un oiseau est posé sur une structure triangulaire apposée au mur, d'autres sont dans des cassiers en bois.

L'élevage des pigeons pour la course dure des années selon Boyco Atanassov.

Photo : Radio-Canada / Philippe-Antoine Saulnier

Contestation en cour

La Ville de Longueuil estime que la Loi sur les compétences municipales lui permet de réglementer la présence des pigeons voyageurs sur son territoire sans avoir à prouver le caractère nuisible de ce type d’activité.

Lorsque Boyco Atanassov a décidé de contester les contraventions qu’il a reçues en cour municipale, un juge lui a donné gain de cause. Selon le magistrat, la réglementation n’a pas lieu d’être, puisque Longueuil n’a pas su démontrer que l'élevage de pigeons entraîne des odeurs malodorantes ou une nuisance.

La Ville a interjeté appel de cette décision rendue en décembre en se tournant vers la Cour supérieure.

Des colombophiles inquiets

Camille Meunier, président d'un club de colombophiles en banlieue de Montréal, est inquiet de voir ce type d’élevage disparaître avec le temps. Sur la Rive-Sud, c’était très répandu comme activité. Des colombophiles me racontaient qu’à Montréal, il y avait un colombier à toutes les trois maisons à une certaine époque.

Il croit que la passion d’éleveurs comme Boyco Atanassov peut servir à préserver une certaine expertise, notamment pour l’emploi de pigeons voyageurs comme moyens de communication.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi