•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un projet immobilier de 481 logements en face de la place Émilie-Gamelin

Le 15-18

Avec Annie Desrochers

En semaine de 15 h à 18 h

Un projet immobilier de 481 logements en face de la place Émilie-Gamelin

Modélisation montrant un immeuble de plusieurs étages percé d'une multitude de fenêtres.

Cette tour pourrait voir le jour en face de la place Émilie-Gamelin, sur la rue Sainte-Catherine, entre les rues Labelle et Saint-Hubert.

Photo : Mondev/ACDF

Le paysage urbain autour de la place Émilie-Gamelin sera complètement transformé au courant des prochains mois. Le développeur immobilier Mondev souhaite y aménager deux tours d'une vingtaine d'étages, ajoutant ainsi 481 logements au parc locatif montréalais. L'ampleur du projet implique que des édifices du secteur soient démolis pour l'érection des nouveaux bâtiments. C'est le cas notamment du restaurant Da Giovanni, qui était situé rue Sainte-Catherine Est depuis 1954.

La propriétaire du restaurant a l’intention de déménager temporairement quelques portes plus loin, au coin des rues Sainte-Catherine et Saint-Hubert, dans l’espoir de retrouver son emplacement devant la place Émilie-Gamelin.

Le promoteur a cependant déjà l'intention de rappeler l'histoire de l'établissement. Ce restaurant a été un repère dans le secteur pendant plusieurs années. On veut le commémorer de façon subtile. Ça pourrait être un jeu de couleurs, comme du vert avec un rétroéclairage, illustre l'architecte Maxime-Alexis Frappier, concepteur principal du projet.

Les deux tours seront moins hautes que l'hôtel Place Dupuis. Cela dit, Héritage Montréal craint qu'elles ne soient trop imposantes pour le voisinage. L'organisme redoute aussi que des bâtiments d’intérêt patrimonial soient oubliés. C’est un peu dommage de démolir sans même soulever ces éléments-là, fait valoir Taika Baillargeon, directrice adjointe des politiques à Héritage Montréal.

Modélisation montrant une tour percée d'une multitude de fenêtres.

Cet édifice pourrait voir le jour sur la rue Sainte-Catherine, entre les rues Saint-Hubert et Saint-Christophe.

Photo : Mondev/ACDF

L’arrivée éventuelle de nouveaux résidents dans le secteur pourrait également causer un préjudice aux personnes en situation d’itinérance du quartier.

La cohabitation avec des personnes marginalisées est souvent difficile. Les citoyens portent plainte et on voit souvent les policiers intervenir davantage auprès des populations itinérantes, affirme Joannie Veilleux, organisatrice communautaire au Réseau d'aide aux personnes seules et itinérantes de Montréal (RAPSIM).

Le RAPSIM souhaite d’ailleurs que des logements sociaux soient inclus dans le projet immobilier, contrairement à l’intention du promoteur.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi