Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Audio fil du mardi 4 avril 2017

Autoproduire son électricité grâce au solaire, de plus en plus tendance

Publié le

Une maison équipée de panneaux solaires
Une maison équipée de panneaux solaires   Photo : iStock

« C'est cool, l'énergie solaire. Il y a un engouement et c'est une industrie qui commence à tomber dans le sexy », fait remarquer Martin Lambert, propriétaire d'une entreprise de panneaux solaires à Saint-Jérôme. Au Québec, il y a un intérêt grandissant pour l'autoproduction d'électricité, constate le journaliste Dominic Brassard. Cette tendance s'explique entre autres par la baisse du prix des panneaux solaires.

Le prix des batteries solaires a chuté de moitié depuis un an. Ça va à une vitesse hallucinante!

Normand Mousseau, professeur de physique à l'Université de Montréal

Même si les panneaux solaires sont encore assez coûteux, surtout au Québec, produire sa propre électricité commence à devenir de plus en plus accessible.

Glenn Hodjuns, résident d'Hemmingford, a investi 21 000 $ pour l’installation de panneaux solaires sur son toit en pente. Il les a achetés en Ontario et les a installés lui-même avec l'aide d'un électricien.

Une résidence avec des panneaux solaires.
La résidence de Glenn Hodjuns, à Hemmingford, est équipée de panneaux solaires. Photo : Radio-Canada/Dominic Brassard

Il prévoit avoir rentabilisé son investissement dans 10 ans. « Je suis sûr que je peux avoir 2 600 $ de production chaque année », explique celui dont la facture d’Hydro-Québec est totalement payée chaque mois.

Une révolution?
De son côté, Karel Mayrand, directeur général à la Fondation David Suzuki, constate qu’une révolution industrielle est en train de se produire. Toutefois, le Québec risque d’être moins rapide que le reste du monde à embarquer dans la tendance.

« Au Québec, notre électricité est très peu coûteuse, donc on a moins un incitatif à regarder ailleurs. Ça va prendre un certain temps avant que ça devienne intéressant », précise Karel Mayrand.

Chargement en cours