•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le 15-18

Avec Annie Desrochers

En semaine de 15 h à 18 h

Attendez-vous à payer plus cher pour une maison neuve

Un travailleur debout sur la structure d'une maison en construction.

La pandémie de COVID-19 entraîne des problèmes d'approvisionnement pour plusieurs matériaux de construction.

Photo : CBC

La pandémie de COVID-19 entraîne d'importants retards dans la production de matériaux de construction. L'Association des professionnels de la construction et de l'habitation du Québec (APCHQ) s'attend donc à ce que le prix des maisons neuves augmente en moyenne de 5 % au cours des prochains mois.

Bois d’œuvre, fenêtres, bardeau d’asphalte, revêtement extérieur, brique, etc. : la liste des matériaux difficiles à obtenir ne cesse de s’allonger. Pour certains de ces matériaux, les délais de livraison ont triplé. Normalement, quand je commande mes fenêtres, je les reçois de quatre à six semaines plus tard, indique Viviane Bergeron, copropriétaire de McClure Construction, une firme de construction de maisons écoénergétiques. Cet été, j’ai reçu mes fenêtres 14 semaines plus tard, ce qui fait qu’on a dû, en un temps très court, prévoir tous nos besoins de l’automne pour avoir le matériel à temps.

Même son de cloche du côté du coprésident des Industries Bonneville, Dany Bonneville : Le bois d’œuvre, normalement, on commande ça le lundi et on le reçoit au cours de la semaine. La semaine passée, il n’y en avait pas de disponible. Je pouvais acheter une van, la payer le double du prix, et la recevoir à la fin de septembre. Eh bien, je l’ai prise! Je n’avais pas le choix.

En plus des retards de livraison, le prix de plusieurs matériaux a considérablement augmenté en raison de la rareté. Toutes les usines sont prises avec des normes de distanciation, de l’absentéisme et une perte de production, explique Dany Bonneville.

À cela s’ajoutent plusieurs grèves dans les ports d’Amérique Nord, dont celui de Montréal, qui ont retardé la livraison de pièces provenant d’Asie.

Selon l’APCHQ, seulement 30 % des entrepreneurs ont inclus dans leurs contrats une clause leur permettant d'ajuster le prix des maisons en fonction d’une hausse soudaine du coût des matériaux. La plupart des maisons qui sont présentement en chantier ne devraient donc pas coûter plus cher aux acheteurs, mais les futures constructions, elles, verront leur prix augmenter. On n’a pas le choix d’augmenter nos prix pour les maisons, affirme Viviane Bergeron, de McClure Construction. J’assume la hausse en ce moment, mais je ne peux pas assumer ça pendant des mois, c’est impossible!

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi