•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le 15-18

Avec Annie Desrochers

En semaine de 15 h à 18 h

Un important projet carboneutre appelé à voir le jour en bordure du canal Lachine

Un vieux bâtiment industriel désaffecté dans un champ.

Le site visé par l'appel à projets s'étend sur 300 000 pieds carrés.

Photo : Radio-Canada / René Saint-Louis

La Ville de Montréal a lancé un appel de projets international pour développer un terrain vacant de 300 000 pieds carrés en bordure du canal Lachine, dans l'arrondissement du Sud-Ouest. Le projet qui y verra le jour devra être carboneutre et respecter une panoplie de critères environnementaux, car l'initiative s'inscrit dans un grand concours international baptisé Réinventons les villes, qui vise à lutter contre les changements climatiques.

Le terrain en question accueille, en ce moment, différents équipements de la Ville. La moitié de sa superficie est occupée par de vieux bâtiments. C’est un site sous-utilisé, mais qui a un potentiel incroyable, estime le maire de l’arrondissement du Sud-Ouest, Benoît Dorais.

Un seul bâtiment sera conservé au terme du projet, celui de la Canadian Power Boat Company, qui produisait des bateaux de guerre. Il sera le symbole de la lutte que les pays livrent contre les changements climatiques.

Le projet en entier devra être un exemple de respect de l’environnement. Ce qu’on demande aux gens, ce n’est pas de construire un bâtiment, précise la responsable de la transition écologique au comité exécutif de la Ville de Montréal, Laurence Lavigne Lalonde. On leur demande de réfléchir à un projet qui va devenir une source d’inspiration. Elle rappelle que Montréal s’est donné comme objectif de devenir carboneutre d’ici 2050.

Laurence Lavigne Lalonde ajoute que des changements aux règlements municipaux pourraient suivre la réalisation de ce projet : Pour atteindre la carboneutralité, ça va prendre des contraintes. Là, on est dans la carotte, mais, une fois qu’on va se rendre compte que tout ça est possible, il va falloir aller à la coercition, on n’aura pas le choix.

Le site pourrait accueillir des studios d’artisans, un pôle de nouvelles technologies, etc. On est en zone industrielle lourde et on ne veut plus de ça, précise le maire d’arrondissement, Benoît Dorais. On veut de l’industriel léger. On veut des entreprises innovantes. On veut augmenter la résilience de Montréal et de ce secteur.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi