•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Sulpiciens passent le flambeau

Le 15-18

Avec Karyne Lefebvre

En semaine de 15 h à 18 h

Les Sulpiciens passent le flambeau

Un grand bâtiment de pierre grise percé de nombreuses fenêtres et surmonté d'une croix.

Le grand séminaire de Montréal

Photo : Radio-Canada / Catherine Contant

Après avoir formé les prêtres de la province pendant plus de trois siècles, les Sulpiciens ont décidé de léguer cette tâche au Diocèse de Montréal. Et l'enseignement ne se fera plus dans l'imposant édifice du Grand Séminaire, mais dans un bâtiment plus modeste, situé dans l'arrondissement Rosemont–La Petite-Patrie.

Il y a eu une prise de conscience que les locaux dans lesquels nous étions étaient trop grands, explique le recteur du Grand Séminaire de Montréal, Guy Guindon. Il y a déjà eu presque 400 personnes qui vivaient dans cette maison-là et on s’est retrouvés avec 20 ou 25 personnes.

La question financière a aussi pesé dans la balance. L’entretien du Grand Séminaire coûte très cher. C’est aussi le cas de la formation : former un prêtre prend sept ans et coûte environ 130 000 dollars.

C'est donc le Diocèse de Montréal qui prendra en charge l'établissement, qui s'appellera dorénavant Grand Séminaire de l'Archidiocèse de Montréal. L'archevêque de Montréal, Christian Lépine, a décidé de s'associer à la Faculté de théologie et de sciences religieuses de l'Université Laval pour assurer l'enseignement des futurs prêtres. Les Sulpiciens garderont toutefois deux sièges sur cinq au conseil d'établissement et continueront à enseigner certains cours.

Un bâtiment à vocation éducative

Les Sulpiciens ont choisi de ne pas vendre le site du Grand Séminaire. Ils le loueront plutôt à des écoles afin que la mission éducative du lieu se poursuive. On ne voulait pas faire des condos et il y avait des besoins sur le plan scolaire, indique Guy Guindon. On a donc décidé de partager. Ça va dans la grande tradition de saint Sulpice, qui a aidé à l’éducation.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi