•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Engouement à Montréal pour les gyms extérieurs

Le 15-18

Avec Karyne Lefebvre

En semaine de 15 h à 18 h

Engouement à Montréal pour les gyms extérieurs

Cinq personnes en train de s'entraîner dans un parc avec des modules composés de barres à différentes hauteurs.

Au parc Raymond-Blain, à Montréal, des modules d'entraînement viennent tout juste d'être installés.

Photo : Radio-Canada / René Saint-Louis

Dans 63 parcs de la métropole, des modules ont été installés au cours des dernières années afin de permettre aux gens de s'entraîner en plein air. Ces endroits sont particulièrement populaires ces jours-ci alors que les salles de sport sont toujours fermées.

Par un bel après-midi, une quarantaine de personnes s’entraînent au parc Raymond-Blain, dans le quartier Centre-Sud. La plupart d’entre elles sont membres d’un centre sportif qui a dû fermer temporairement ses portes en raison de la crise du coronavirus. Ces modules extérieurs leur servent donc de solution de rechange en attendant la réouverture des salles d'entraînement. J’y vais quasiment tous les jours, étant donné que les gyms ne sont pas ouverts, affirme Samuel Saliques. Il ne croit pas, par contre, qu’il continuera d'utiliser ces installations extérieures aussi souvent lorsque les salles de sport rouvriront, à partir de lundi prochain.

Un succès mitigé

Si les circuits d'entraînement extérieurs semblent très populaires à Montréal, ce n’est pas le cas dans toute la province. Christine Baron, conseillère au Conseil Sport Loisir de l’Estrie, a produit un guide pour orienter les municipalités qui souhaiteraient installer de tels modules dans leurs parcs. Selon elle, il est primordial de tenir compte de la composition sociale d’un quartier avant d’y implanter un circuit d'entraînement extérieur, car ce genre d’installation attire surtout les jeunes adultes de moins de 40 ans.

Il y a eu énormément d’investissements qui ont été faits dans plusieurs municipalités du Québec et le constat, après plusieurs années, c’est que c’est loin d’être la manne pour ce type d’équipement, surtout hors des grands centres, affirme Christine Baron.

Elle croit tout de même que les circuits d'entraînement extérieurs ont leur raison d'être dans certains quartiers, car ils ont l'avantage d'être gratuits et toujours ouverts, contrairement aux salles de sport.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi