•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La pandémie de COVID-19 accélère le déclin des communautés religieuses

Le 15-18

Avec Karyne Lefebvre

En semaine de 15 h à 18 h

La pandémie de COVID-19 accélère le déclin des communautés religieuses

Un homme âgé devant un bâtiment de briques brunes.

Le frère Florent Gaudreault devant la Résidence De-La-Salle, à Laval

Photo : Radio-Canada / René Saint-Louis

Les Frères des écoles chrétiennes savent que leur fin en tant que congrégation est proche. La moyenne d'âge de leurs membres est de 85 ans. Mais en s'infiltrant dans cette communauté religieuse, comme dans plusieurs autres, le coronavirus est venu accélérer ce déclin.

On prévoit qu’on va disparaître, c’est inévitable, affirme le provincial des Frères des écoles chrétiennes, Florent Gaudreault. Il va y avoir une suite par les œuvres, par les partenaires qui croient aux mêmes valeurs que nous, mais, comme communauté, au Québec, je crois que la fin est inévitable.

Dans la Résidence De-La-Salle, une infirmerie appartenant aux Frères des écoles chrétiennes qui accueille des religieux de différentes congrégations, la COVID-19 a tué près de la moitié des résidents. Les Frères des écoles chrétiennes ne comptent plus maintenant que 51 membres au Québec, alors que dans les années 1960, ils étaient plus de 1000. Chez les Frères de Saint-Gabriel, il ne reste que 30 religieux.

Ça nous a pris par surprise parce qu’il y a beaucoup de précautions qui ont été prises dès le début, soutient le frère Florent Gaudreault. Les Frères des écoles chrétiennes ne savent toujours pas comment le virus a pu entrer dans l'infirmerie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi