•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des architectes à la rescousse des organismes communautaires

Le 15-18

Avec Isabelle Richer

En semaine de 15 h à 18 h

Des architectes à la rescousse des organismes communautaires

Quatre femmes discutant entre elles, dont trois portant un masque sanitaire.

Maude Ledoux, Eve Champagne et Claire Davenport, d'Architecture sans frontières, donnent des conseils à Khalida Yahiaoui, du Centre de ressources éducatives et communautaires pour adultes (à droite).

Photo : Radio-Canada / René Saint-Louis

Adapter ses locaux pour pouvoir offrir ses services malgré la pandémie est tout un défi pour les organismes communautaires. Plusieurs d'entre eux ont bénéficié des conseils d'Architecture sans frontières Québec (ASFQ), le bras humanitaire de l'Ordre des architectes du Québec.

Les activités d’ASFQ se déroulent généralement à l’étranger, mais dans le contexte de la pandémie de COVID-19, l’organisme a redirigé ses services vers des besoins locaux. Les organismes communautaires qui veulent transformer leurs espaces pour les rendre sécuritaires peuvent obtenir gratuitement les conseils d’architectes.

Le Centre de ressources éducatives et communautaires pour adultes fait partie des organismes montréalais qui ont fait appel à ASFQ. Le centre de francisation a commencé à préparer sa rentrée de l'automne prochain. Dans leur cas, c’est assez facile, car le bâtiment permet d’avoir une entrée et une sortie distinctes, explique Maude Ledoux, coordonnatrice de projet pour ASFQ. [Le défi], c’est qu’ils reçoivent plusieurs personnes par classe. Il va falloir qu’ils réorganisent leur horaire en ouvrant deux classes par jour plutôt qu’une pour limiter le nombre de personnes par classe.

Mais pour certains organismes, la transformation est plus difficile. Les cas extrêmes, c’est lorsque, en plus de l’espace limité, la clientèle est particulière, explique Maude Ledoux. On doit s’assurer que le personnel est toujours en sécurité. Par exemple, il faut s’assurer qu’il n’y ait pas de coup qui soit donné sur une cloison temporaire qu’on aurait installée. Ce sont souvent ces organismes qui desservent ce type de clientèle qui ne peuvent pas s’empêcher de donner leurs services.

Architecture sans frontières a reçu 150 000 $ de la Ville de Montréal pour aider aussi les commerces indépendants de la métropole. N’importe quel restaurant ou commerce de détail indépendant peut faire une demande de conseils auprès de l'organisme si la superficie à adapter est d’un maximum de 200 m².

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi