•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les chantiers de construction ne seront pas tous prêts pour la reprise

Le 15-18

Avec Karyne Lefebvre

En semaine de 15 h à 18 h

Les chantiers de construction ne seront pas tous prêts pour la reprise

Construction d'un immeuble de logements où l'on voit en premier plan une pancarte indiquant « entrée chantier ».

Les chantiers de construction sont fermés depuis le 23 mars au Québec.

Photo : Radio-Canada / Guylaine Charette

Alors qu'une partie de la construction résidentielle doit reprendre ses activités à partir de lundi, de nombreux acteurs de l'industrie affirment que certains chantiers ne pourront pas accueillir les travailleurs tout en assurant le respect des directives de la santé publique.

On n’a pas trouvé toutes les solutions encore, mais c’est sûr que le respect du deux mètres va être un défi, affirme le président du Conseil provincial du Québec des métiers de la construction, Michel Trépanier. On espère que les entrepreneurs ont eu le temps de s’organiser pour avoir les installations sanitaires nécessaires.

Toutefois, il est convaincu que tous les chantiers ne pourront rouvrir lundi.

C’est aussi ce que croit le directeur général de la FTQ-Construction, Éric Boisjoly : On constate aujourd’hui que les chantiers ne sont pas tous prêts.

De son côté, l’Association de la construction du Québec (ACQ) admet que le respect des règles d’hygiène et d’éloignement physique demeure un défi pour bien des entrepreneurs et que tous ne seront pas prêts pour lundi. Ce ne sont pas tous les entrepreneurs qui avaient déjà mis en place l’ensemble des mesures qui ont été demandées au cours des dernières semaines, indique le porte-parole de l’ACQ, Guillaume Houle. Nous allons avoir des réunions, lundi, pour réorganiser le travail.

Pendant ce temps, c’est le branle-bas de combat chez les entrepreneurs, qui tentent d’obtenir le matériel nécessaire pour assurer la sécurité de leurs travailleurs. On essaie de trouver une toilette chimique, mais personne n’en a, témoigne Daniel Giroux, un entrepreneur général. Je vais donc prendre une remorque et mettre une toilette portative dedans avec du désinfectant, des lingettes et une poubelle pour mettre le papier.

William Beaulieu, des Constructions Marc Beaulieu et Fils, est quant à lui préoccupé par les exigences d’éloignement physique. On a un contremaître sur le chantier qui va gérer les sous-traitants et les employés, dit-il. C’est sûr que tous les clients veulent une livraison le plus rapidement possible. La solution, c’est de faire entrer le plus de sous-traitants dans la maison, mais on va essayer de garder un maximum de 10 personnes dans une résidence en même temps.

Tous les entrepreneurs devront, chaque jour, demander à leurs employés s’ils ont des symptômes du coronavirus. Des inspecteurs visiteront également les chantiers pour s’assurer que les règles sont respectées.

Les syndicats, eux, ont indiqué à leurs membres qu’ils avaient le droit de refuser de travailler s’ils jugeaient qu'il y avait des risques pour leur santé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi