•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Coronavirus : des municipalités de villégiature envahies de touristes

Le 15-18

Avec Annie Desrochers

En semaine de 15 h à 18 h

Coronavirus : des municipalités de villégiature envahies de touristes

Enseigne en bois disant « Val-David Mairie ».

La mairesse de Val-David, Kathy Poulin, demande aux villégiateurs de ne pas se rendre à leur chalet en raison de la pandémie de COVID-19.

Photo : Radio-Canada / René Saint-Louis

Des maires de villages prisés des touristes s'inquiètent de voir des villégiateurs débarquer en masse dans leurs rues et leurs commerces. Ils craignent qu'une éventuelle propagation du coronavirus dans leur région surcharge les hôpitaux.

À Val-David, un village de 5000 habitants situé dans les Laurentides, de nombreux touristes se sont réfugiés dans leur chalet. Ils ont investi les rares commerces locaux encore ouverts, dont le Marché Gariépy, une petite épicerie de six employés. On a eu beaucoup de clientèle que je n’avais jamais vue, et on s’est fait dévaliser pour certains produits, témoigne le gérant, Kevin Savoie.

La mairesse de Val-David, Kathy Poulin, demande aux propriétaires de chalets d’éviter de s’y rendre : Notre village ne peut pas accueillir de visiteurs dans ce contexte particulier. Nos infrastructures publiques sont fermées et nos commerces essentiels ne peuvent pas respecter les directives si le nombre de personnes dans le village se multiplie.

Elle indique que les services municipaux ont été débordés au cours des derniers jours. Des stationnements ont dû être fermés parce que plusieurs villégiateurs s’y rassemblaient. C’était parfois impossible, la fin de semaine dernière, de respecter la distance de deux mètres en marchant dans le coeur du village, déplore la mairesse.

Le son de cloche est le même du côté de Mont-Tremblant, un autre village des Laurentides. La municipalité a dû fermer des parcs et des patinoires parce que trop de gens s’y rassemblaient. Les citoyens sont inquiets et m’appellent parce qu’ils voient beaucoup de plaques d’immatriculation provenant d’autres provinces, souligne le maire, Luc Brisebois.

Le directeur de la santé publique des Laurentides, Éric Goyer, affirme qu’en général, les six hôpitaux de la région répondent bien à la demande des résidents et des villégiateurs. Mais c’est sûr que le fait d’avoir beaucoup de villégiateurs qui pourraient être infectés et avoir besoin de soins, ça ajoute de la pression sur nos établissements, qui sont plus petits, dit-il.

Éric Goyer demande à toute la population de suivre les recommandations du gouvernement du Québec et d’éviter les déplacements entre régions. Les personnes qui se trouvent déjà dans leur chalet sont invitées à y rester. Ce qui nous inquiète et qui inquiète les maires, c’est que les gens font du transit entre les régions, indique-t-il. Ça augmente le risque que le virus se propage.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi