•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ces gens qui souffrent pendant qu’on s’occupe de la COVID-19

Le 15-18

Avec Annie Desrochers

En semaine de 15 h à 18 h

Ces gens qui souffrent pendant qu’on s’occupe de la COVID-19

Photo d'un homme en fauteuil roulant.

Plusieurs patients, dont ceux qui souffrent de douleur chronique, ont vu leurs traitements reportés en raison de la crise du coronavirus.

Photo : iStock

De nombreux patients ont vu leurs traitements interrompus pour permettre au système de santé de faire face à la pandémie de COVID-19. Or, parmi ces patients, certains sont condamnés à souffrir, faute de traitements, en attendant que la crise se résorbe.

C’est le cas de Marcelo Martins, qui souffre de douleur chronique. Pour calmer son mal, il a besoin de recevoir un traitement à l’hôpital toutes les trois semaines. Cependant, tous ses rendez-vous ont été annulés jusqu’au mois de juin.

Malgré la douleur, Marcelo Martins se montre compréhensif : Moi, je ne vais pas mourir de douleur. Je suis capable de m’adapter. Cependant, c’est ma qualité de vie qui est perdue.

Il s’interroge sur la pertinence de refuser des soins à des centaines de malades alors que le nombre de personnes atteintes de la COVID-19 qui sont hospitalisées n’est pas encore très élevé. Je suis malade, j’ai besoin de mon traitement à l’hôpital de Trois-Rivières, qui a un patient contaminé, mais combien d’autres personnes ont besoin d’utiliser cet hôpital, qui est mobilisé pour un seul malade? demande-t-il.

Le porte-parole du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal, Jean-Nicolas Aubé, confirme que dans les hôpitaux et les cliniques de son secteur, toutes les opérations et tous les rendez-vous non urgents ont été reportés. On garde les gens chez eux, où ils sont en sécurité face à la COVID-19, dit-il. On tient à rappeler que les gens qui doivent être vus en priorité sont vus en priorité.

Jean-Nicolas Aubé assure, par ailleurs, que les personnes atteintes d'un cancer ne sont pas laissées pour compte : Nous travaillons pour la formation d’un comité de surveillance pour les patients en oncologie afin de faire une vigie sur tous les cancers pour nous assurer que tous ceux qui nécessitent une intervention rapide soient pris en charge et pour trouver une date d'opération le plus rapidement possible.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi