•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le 15-18

Avec Annie Desrochers

En semaine de 15 h à 18 h

Préparez-vous à l’arrivée des surfaceuses à glace autonomes

Un homme portant un chandail de hockey tenant un ordinateur portable sur lequel on voit un véhicule surmonté d'un écran, entouré d'un homme et une femme.

Les concepteurs de la surfaceuse autonome proposée par Phaneuf International : Alain Phaneuf, président-fondateur de Phaneuf International; Jérémie Langelier, de Lapalme conception-mécanique; et Catherine Bouchard, présidente de Centris Technologies

Photo : Radio-Canada / Dominic Brassard

Une surfaceuse à glace entièrement autonome sera testée cette année dans les arénas de Sainte-Julie et de Plessisville. Son inventeur, Alain Phaneuf, est convaincu qu'elle permettra aux arénas d'obtenir une glace optimale sans avoir à embaucher d'opérateurs.

Le manuel d'instructions est très simple, précise Alain Phaneuf. Pour partir la machine, on appuie sur le bouton vert. La porte de garage s'ouvre et [la surfaceuse] se promène toute seule sur la glace.

Le secret de la surfaceuse réside dans une technologie qui lui permet de cartographier la glace idéale et de la reproduire. C’est exactement le principe d’une imprimante 3D, explique Alain Phaneuf.

Pour obtenir la meilleure glace possible, des capteurs placés à différents endroits dans l’aréna permettent de tenir compte de la température et du taux d’humidité.

C’est d’ailleurs la piètre qualité de la glace de plusieurs arénas qui a inspiré l’idée d’une surfaceuse autonome à Alain Phaneuf : Pour moi, c’est une deuxième carrière. J’ai deux grands enfants qui ont gagné leur vie sur des patins. Et, chaque fois, je me suis beaucoup intéressé à la glace. Comment ça se fait que l’opérateur met trop d’eau et que ça ne gèle pas?

Il veut aussi répondre à la pénurie de main-d’œuvre, qui force plusieurs arénas à réduire leurs heures d’ouverture.

L’invention en est encore à l’état de prototype, mais Alain Phaneuf voit grand. Je veux que mes petits-enfants n’appellent plus ça une Zamboni, mais une Phaneuf, dit-il.

Il prévoit livrer ses premières surfaceuses en 2021 et vise une production de 200 unités par année.

Alain Phaneuf a déjà commencé à commercialiser des buts sur roulettes qui peuvent se déplacer tout seuls au passage de la surfaceuse.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi