•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le 15-18

Avec Annie Desrochers

En semaine de 15 h à 18 h

Laval se mobilise pour sauver « le vieux pen »

De vieux bâtiments aux fenêtres grillagées.

Le vieux pénitencier de Laval est à l'abandon depuis 1989.

Photo : Service correctionnel Canada

À l'abandon depuis 1989, le pénitencier de Saint-Vincent-de-Paul, à Laval, tombe en ruines. Le complexe datant de 1873 ne possède plus que sa rotonde centrale, trois ailes et son imposante muraille entrecoupée de tours de guet. Même si le pénitencier a été désigné lieu historique national, son propriétaire, Service correctionnel du Canada, a déjà démantelé plus de la moitié de ses bâtiments. Plusieurs citoyens considèrent le site comme un joyau du patrimoine lavallois et souhaiteraient qu'il soit préservé et mis en valeur.

Le maire Marc Demers confirme l’intérêt grandissant pour le vieux pen, comme l’appellent les Lavallois. Il en avait même fait sa priorité lorsqu’était venu le temps d’exposer ses demandes aux candidats de la campagne électorale fédérale : Depuis notre conférence de presse sur les lieux pendant la campagne électorale, j’ai reçu des lettres d’organismes et de personnes très sérieuses qui ont des projets à nous soumettre. Mais ces projets vont avoir besoin de l’aide et de l’implication des différents paliers de gouvernements.

Sans entrer dans les détails, Marc Demers affirme que plusieurs acteurs du milieu culturel ont proposé des idées pour donner une nouvelle vocation au vieux pénitencier.

Une muraille et une tour de guet.

La moitié des bâtiments du vieux pénitencier ont été démolis, mais la muraille est toujours présente.

Photo : Service correctionnel Canada

Dans une étude commandée par la Société d’histoire et de généalogie de l’île Jésus, le pénitencier est présenté comme un élément central du paysage patrimonial de Laval et ayant un grand potentiel d’attraction touristique.

L’étude ne fait toutefois pas mention des sommes – assurément astronomiques – qui seraient nécessaires pour convertir l’immense site de 55 000 mètres carrés. Dans l’étude, nous avons défini certaines actions à mettre en place avant même de chiffrer la reconversion, explique la directrice de la Société d'histoire, Dominique Bodeven. Il faut faire des inventaires, mobiliser les acteurs du milieu. C’est primordial parce que si la base est là, automatiquement vient un temps où les politiciens sentent une pression et doivent suivre la vague.

Elle ajoute que la mobilisation est en bonne voie : La réflexion, les gens l’ont, et la mobilisation commence à se faire sentir, autant chez les citoyens que chez les groupes d’intérêts ou la Ville.

À Laval, depuis les deux dernières années, sur le plan du patrimoine, ce n’est pas une évolution, c’est une révolution qui se fait.

Dominique Bodeven, directrice de la Société d'histoire et de généalogie de l'île Jésus
Un couloir lugubre dans lequel s'alignent des portes grillagées ouvertes.

Les cellules du vieux pénitencier de Laval

Photo : Service correctionnel Canada

L’historien Guillaume Bouchard Labonté, de la Société d'histoire et de généalogie de l'île Jésus, explique pourquoi il est primordial de préserver le vieux pénitencier de Laval : Premièrement, il y a le devoir de mémoire. Il s’est passé des choses dramatiques dans ce pénitencier et c’est important de se souvenir du bon comme du mauvais. Deuxièmement, il faut préserver l’histoire des gens marginalisés, dont on parle beaucoup moins que des gens ordinaires ou célèbres.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi