•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le 15-18

Avec Annie Desrochers

En semaine de 15 h à 18 h

À la rescousse d’un petit faucon

Un faucon entouré d'une pièce de vêtement rouge et marine dans les bras d'une personne.

Lysandre Duchesne a utilisé sa veste de factrice pour prendre le faucon blessé.

Photo : Lysandre Duchesne

La factrice Lysandre Duchesne faisait sa tournée habituelle lorsqu'un mouvement a attiré son attention : le chien d'une passante avait repéré un petit faucon sur le sol. « [L'oiseau] semblait vraiment en panique et il semblait avoir une aile qui ne fonctionnait plus du tout, raconte la factrice. Ça n'a même pas été une question, on s'est dit qu'il fallait faire quelque chose. »

La passante est allée chercher une cage à chat afin de pouvoir transporter le faucon. Lysandre Duchesne a dû s’y prendre à trois reprises avant d’être en mesure de le capturer. Elle a réussi à le prendre avec sa veste de factrice et elle a tout de suite contacté l’Union québécoise de réhabilitation des oiseaux de proie (UQROP). Cet organisme a pour mission de soigner les oiseaux de proie blessés pour les remettre en liberté.

Le réseau est actif dans toute la province grâce à une centaine de bénévoles. Il regroupe aussi 12 cliniques vétérinaires qui peuvent accueillir les oiseaux blessés.

C'est l'un de ces bénévoles qui est allé chercher le petit faucon. L’animal a été transporté dans les locaux de Chouette à voir, à Saint-Jude, qui appartiennent à l’UQROP. Les vétérinaires sur place ont constaté que son aile était sectionnée et ont donc opéré l'oiseau pour recoudre les muscles. L'opération a toutefois échoué et le petit faucon a dû être euthanasié. Malheureusement, on a constaté que le muscle était dévitalisé sur toute la longueur, donc il n’avait plus aucune chance de voler, explique le médecin vétérinaire Guy Fitzgerald.

Sauver et sensibiliser

L'UQROP compte sur l'implication des étudiants de la Faculté de médecine vétérinaire de l'Université de Montréal pour soigner ses patients ailés. Selon Guy Fitzgerald, l’organisme recueille des centaines d’oiseaux chaque année et parvient à en relâcher environ 45 %.

Lorsqu’un animal ne peut pas retourner dans la nature parce qu’il est trop habitué à l’humain, l’UQROP l’emmène faire le tour des écoles pour sensibiliser les élèves à l’importance de préserver la faune.

Il est même possible de visiter les locaux de Chouette à voir en été. Les profits de ces visites servent à financer la mission de l’organisme.

Si vous trouvez un oiseau de proie blessé

  1. Utilisez des gants ou une couverture pour prendre l’oiseau et soyez prudents : il s’agit quand même d’un prédateur!
  2. Mettez rapidement l'oiseau dans une boîte en carton perforée et gardez-le dans un endroit calme, sombre et tempéré.
  3. Prévenez les agents de la protection de la faune (c’est obligatoire quand on trouve un oiseau de proie) au 1-877-346-6763.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi