•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le 15-18

Avec Annie Desrochers

En semaine de 15 h à 18 h

Après 100 ans d’existence, la bijouterie Roy ferme ses portes

L’intérieur de la bijouterie Roy vers 1941

L’intérieur de la bijouterie Roy vers 1941

Photo : Archives de la famille Roy

Le 100e anniversaire du commerce J. Omer Roy sera aussi son dernier. La bijouterie de l'avenue Mont-Royal, à Montréal, a annoncé à ses clients qu'elle fermera boutique avant Noël, faute de rentabilité.

C’est tout un choc pour les clients de longue date de cette boutique. La nouvelle amène même son lot de larmes pour certains.

C’est qu’au fil du temps, la bijouterie avait su tisser un lien de confiance avec sa clientèle. Quand on veut faire des achats aussi dispendieux, c’est important d’avoir un bon service et une honnêteté des gens avec qui on fait affaire, souligne Marcel Vincent. Je n’ai jamais été floué par mon bijoutier.

Ils prennent la peine de nous parler et d’expliquer, ajoute Suzanne Légaré, une autre cliente.

L’actuel propriétaire de la boutique, Normand Roy, a tellement la satisfaction de ses clients à cœur qu’il effectue les petites réparations gratuitement.

C’est donc une grosse perte pour les clients qui fréquentent la bijouterie depuis des années. J’ai 77 ans et ma première bague, c’est ici que je l’ai achetée. J’avais 18 ans. Aujourd’hui, j’habite à Varennes, et je viens tout le temps acheter mes bijoux ici.

Ce n’est toutefois pas l’ensemble de la clientèle qui est prêt à se déplacer. C’est l’une des raisons pour lesquelles le commerce peine à atteindre la rentabilité, selon Normand Roy. D’une part, la clientèle régionale se déplace moins. D’autre part, le commerce électronique nous fait mal, dit-il.

La bijouterie J. Omer Roy est entre autres connue pour son enseigne lumineuse et son horloge.

La bijouterie J. Omer Roy est entre autres connue pour son enseigne lumineuse et son horloge.

Photo : Radio-Canada / René Saint-Louis

Qu’adviendra-t-il de l’enseigne?

La marquise lumineuse verticale de la boutique fait partie du décor de l’avenue Mont-Royal depuis de nombreuses années.

L’Université Concordia, qui possède une collection d’anciennes enseignes montréalaises, se dit prête à la récupérer si l’éventuel acheteur du bâtiment ne désire pas la conserver.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi