Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Le 15-18
Audio fil du vendredi 9 août 2019

Le moulin de Pointe-aux-Trembles a 300 ans

Publié le

Le moulin de Pointe-aux-Trembles, construit en 1719.
Le moulin de Pointe-aux-Trembles, construit en 1719.   Photo : Radio-Canada / René Saint-Louis

On compte autant de moulins à vent au Québec que dans tout le reste de l'Amérique du Nord. Non seulement étaient-ils des éléments essentiels à l'alimentation pendant l'ère coloniale, mais ils étaient aussi d'importants lieux de socialisation. Celui de Pointe-aux-Trembles célèbre son 300e anniversaire, qui sera souligné en grand dans l'arrondissement.

Les 10, 11 et 31 août, le parc du Vieux-Moulin s’animera pour commémorer les trois siècles du bâtiment historique. Le moulin de Pointe-aux-Trembles est le plus haut de tout le Québec avec ses quatre étages. Il a aussi la chance d’avoir conservé ses ailes.

Toutefois, comme son mécanisme et sa meule n’existent plus, c’est une présentation multimédia qui attend les visiteurs à l’intérieur. Il est possible de visiter le bâtiment les samedis et dimanches de l’été. Même ceux qui ne sont pas férus d’histoire y trouvent leur compte, à en croire Alexandre Lacroix, un des guides qui seront présents sur les lieux pour les célébrations : J'approche surtout [les visiteurs] par le concept de la machine, et non les dates, parce que je sais que les dates, c’est souvent fastidieux pour les gens. [...] Les [visiteurs] sont très intéressés d’un point de vue kinesthésique; ils vont tâter, ils vont toucher.

Un homme en costume d'époque à l'intérieur d'un moulin à vent.
Alexandre Lacroix incarne le personnage d'Alex Le Rustik à l'occasion des célébrations du 300e anniversaire du moulin à vent de Pointe-aux-Trembles. Photo : Radio-Canada/René Saint-Louis

Les enfants aussi auront de quoi s’amuser pendant les célébrations du tricentenaire. Ils pourront notamment faire cuire leur propre miche de pain selon la méthode traditionnelle, puis la manger.

Si le moulin tient encore debout, c’est notamment grâce au président de l'Atelier d'histoire de la Pointe-aux-Trembles, Claude Belzil, qui a convaincu la Ville de Montréal d’acheter le salon funéraire qui l’entourait auparavant. Le salon a été détruit pour faire place à un parc.

Le Québec, riche en moulins

Sur les 240 moulins à vent construits sur le territoire de la province de Québec à l'époque coloniale, il en reste 18.

Les moulins étaient des outils incontournables pour nourrir la colonie, mais ils étaient aussi plus que cela, selon Claude Belzil. Ce dernier compare les parvis des moulins aux parvis des églises, mais où les gens utilisaient un langage différent. Lorsqu’on venait au moulin, le langage était beaucoup plus vert, dit-il. On réglait nos comptes et on discutait de certaines questions politiques ou religieuses.

Chargement en cours