Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Isabelle Richer
Audio fil du lundi 22 juillet 2019

Le projet de parc nature à l’île Sainte-Thérèse est au point mort

Publié le

Avec ses 5,4 km², l'Île Sainte-Thérèse est l'une des plus grandes de la région montréalaise.
Avec ses 5,4 km², l'Île Sainte-Thérèse est l'une des plus grandes de la région montréalaise.   Photo : Radio-Canada / Google Map

Au milieu du fleuve Saint-Laurent, à la hauteur des municipalités de Varennes et de Repentigny, se trouve un joyau naturel de 5,4 km2 totalement inhabité... ou presque. Depuis des décennies, une cinquantaine de personnes occupent une portion de l'île Sainte-Thérèse sans en avoir le droit et y ont construit leur résidence d'été. Le gouvernement du Québec, à qui appartiennent ces terres, tente depuis trois ans de les évincer afin de faire de l'île un parc nature, mais les procédures judiciaires traînent.

Dans la grande région de Montréal, 5,4 km2, c'est une occasion qu’on n’a pas souvent, souligne le directeur général de la Société pour la nature et les parcs, Alain Branchaud. En raison de la valeur foncière, c’est difficile de protéger de petits milieux naturels.

Après les avoir tolérés plusieurs années, Québec tente d’évincer les occupants de l'île, mais il n’y a toujours pas de date de procès au dossier. Ce sont des procédures légales, et malheureusement, nos cours de justice sont passablement occupées, souligne le maire de Varennes, Martin Damphousse. L'île Sainte-Thérèse fait partie du territoire de la municipalité.

Aucun projet de parc n’a encore été officiellement déposé par les villes entourant l’île. Varennes, Repentigny et l'arrondissement de Pointe-aux-Trembles, à Montréal, avaient fait des annonces par le passé, promettant aux citoyens de leur redonner accès à ce joyau naturel du Saint-Laurent. Dans les années 50 et 60, les plages Bissonnette et Choquette attiraient parfois jusqu’à 10 000 visiteurs sur l’île Sainte-Thérèse les fins de semaine.

La plage Bissonnette sur l'île Sainte-Thérèse, vers 1950. Les baigneurs arrivaient par bateaux et descendaient au bout de la jetée.
La plage Bissonnette sur l'île Sainte-Thérèse, vers 1950. Les baigneurs arrivaient par bateaux et descendaient au bout de la jetée.    Photo : ATELIER D'HISTOIRE DE POINTE-AUX-TREMBLES

Une occupante de l’île s’attend à ce que les procédures judiciaires se concluent en 2020 au plus tôt, et en 2021 au plus tard. Pour Martin Damphousse, ce délai est plutôt opportun : En 2022, Varennes aura 350 ans, donc ça peut être très intéressant d’inaugurer quelque chose au courant de cette belle année-là. Ça pourrait être, entre autres, un nouveau sentier nature autour de l’île Sainte-Thérèse.

Chargement en cours