•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sur les traces de ses ancêtres, il fait le trajet Ottawa-Matane en kayak

Le 15-18

Avec Annie Desrochers

En semaine de 15 h à 18 h

Sur les traces de ses ancêtres, il fait le trajet Ottawa-Matane en kayak

Audio fil du vendredi 28 juin 2019
Guy Richard, de passage en kayak au parc-nature du Bois-de-l'Île-Bizard à Montréal.

À 52 ans, Guy Richard effectue en kayak la traversée Ottawa-Matane, une manière pour lui de partir sur les traces de sa famille.

Photo : Radio-Canada / Dominic Brassard

Guy Richard est originaire d'Ottawa, mais ses parents viennent de la Gaspésie. Depuis son adolescence, il rêve de retourner à la terre paternelle en kayak, et c'est à 52 ans qu'il a décidé de s'y mettre.

J’ai toujours aimé la Gaspésie, explique-t-il. Pour moi, c’est comme retourner à mes sources. Mes parents se sont rencontrés là. C’est comme le saumon qui remonte la rivière, dans un sens.

Guy Richard est un kayakiste expérimenté. Cela ne l’empêche pas de trouver le parcours parfois difficile. C’est pourquoi il va à son rythme et se permet de prendre une journée de congé s’il en a besoin.

Après avoir parcouru la rivière des Outaouais, Guy Richard s’est engagé sur le fleuve Saint-Laurent, où il sait que plusieurs imprévus l’attendent. Il y a beaucoup de variables qui peuvent changer la donne : les marées, la morphologie du fond, les bateaux, souligne-t-il. Je suis équipé de radios marines pour pouvoir communiquer avec eux.

Jeudi, le kayakiste se trouvait à Nicolet.

Regard inédit sur le patrimoine

En naviguant sur la rivière des Outaouais, Guy Richard est passé par de nombreux sites historiques qui, se désole-t-il, sont laissés à l’abandon : Je suis allé à des places qui ont plus de 2000 ans d’âge, mais c’est en friche parce que personne ne s’en occupe. Il y a beaucoup d’histoire sur nos parcours d’eau.

Ses pensées sont majoritairement consacrées à l’histoire des lieux qu’il traverse, mais aussi à ses enfants, à qui il souhaite laisser un message de motivation : Foncez! Tant qu’on ne fait pas d’effort et qu’on regarde seulement les difficultés, on ne bouge pas, on tourne en rond. Mais quand on fait l’effort, il y a tellement de belles choses qui se présentent à soi. C’est comme la vie en concentré.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi