Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Isabelle Richer
Audio fil du mardi 11 juin 2019

Réparer sa voiture à moindre coût dans Pointe-Saint-Charles

Publié le

Un homme portant une visière en train de travailler sur la roue d'une voiture.
Le Bâtiment 7 met à la disposition des citoyens des outils pour réparer leur véhicule.   Photo : Radio-Canada / Alexis Gacon

Au Bâtiment 7, un centre autogéré du quartier Pointe-Saint-Charles, à Montréal, il est possible de réparer soi-même son véhicule sous la supervision d'un mécanicien pour 10 $ par heure.

Je ne connaissais pas les prix, mais c’est raisonnable, affirme Louis Hayes, venu y réparer la transmission de sa voiture. [Le mécanicien] m’a laissé utiliser ses outils et il m’a aidé un peu. Mais j’ai utilisé les mauvaises pièces et il va falloir que je recommence.

Selon la coordonnatrice du Bâtiment 7, Judith Cayer, il existe 152 garages associatifs communautaires en France, et celui de Pointe-Saint-Charles est le premier au Québec. On s’est heurtés à beaucoup de difficultés, raconte-t-elle. Les bailleurs de fonds trouvaient que ce n’était pas de l’économie verte, alors que nous, on disait qu’on a encore des autos et qu’il faut pouvoir les réparer. C’est ça aussi, l’économie verte.

Deux mécaniciennes et un mécanicien louent les locaux pour offrir leurs services de réparation, tout en donnant de la formation lorsque leur horaire le leur permet. Ça fait beaucoup de responsabilités pour l’artisan, de devoir à la fois faire son propre travail et ouvrir l’atelier, affirme Judith Cayer, qui souhaiterait qu’il y ait un plus grand nombre de superviseurs pour l’atelier.

Elle cherche donc un autre modèle qui permettrait au garage de s’autofinancer tout en conservant ses prix accessibles et en offrant plus de supervision aux apprentis mécaniciens.

Chargement en cours