•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le 15-18

Avec Alain Gravel

En semaine de 15 h à 18 h

Maladie mentale et prise de poids : un défilé de mode pour aider les patientes à se sentir bien dans leur corps 

Audio fil du vendredi 31 mai 2019
Des pilules de différentes couleurs à côté d'une bouteille de médicaments renversée.

La prise d'antipsychotiques s'accompagne presque automatiquement d'un gain en poids.

Photo : iStock

La prise de médicaments prescrits aux patients qui souffrent de maladie mentale s'accompagne pratiquement toujours d'une importante prise de poids. Afin d'aider ses patientes à reprendre confiance en elles malgré leurs rondeurs, le CIUSSS du Nord-de-l'île-de-Montréal a organisé un défilé de mode qui mettait à l'honneur des femmes souffrant de maladie mentale.

Elyse Benoit, chef d'équipe de suivi intensif dans le milieu (SIM) au CIUSSS du Nord-de-l'île-de-Montréal, est consciente que cette initiative peut sembler paradoxale : La mode, semble-t-il, ne va pas avec les grandes problématiques de santé mentale. Quand on parle de mode, on parle de minceur, on parle de jeunesse, on parle de beauté, on parle de richesse. Avec l’événement, ce qu’on veut, c’est valoriser les formes d’une femme ronde.

La prise de poids ne facilite en rien la guérison des personnes qui souffrent de maladie mentale, particulièrement chez les femmes. Il existe des façons de contourner cet effet secondaire, mais cela implique d’être discipliné, de surveiller son alimentation et de faire de l’exercice physique de façon régulière.

C’est pourquoi certains patients décident d’abandonner le traitement. C’est très difficile pour la clientèle de prendre des médicaments avec autant d’effets secondaires, souligne Frédéric Arsenault, infirmier au SIM.

Marie, une patiente en santé mentale du CIUSSS, a gagné plusieurs kilos lorsqu’elle a commencé à prendre des antipsychotiques. J’ai déjà essayé de cesser les médicaments et, honnêtement, ce n’était pas drôle, raconte-t-elle. J’étais tellement high que je n’avais plus d’allure.

Participer au défilé de mode lui a permis de briser l'isolement. C’est une rencontre entre plusieurs femmes qui ont eu des difficultés et le but, c’est de créer une image positive qui enlève beaucoup des difficultés qu’on vit tous les jours, mentionne la patiente.

Les 15 femmes qui ont participé à l’activité ont reçu les vêtements dans lesquels elles ont défilé grâce à une commandite de la boutique Penningtons.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi