Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Le 15-18
Audio fil du jeudi 16 mai 2019

Qu’adviendra-t-il des hirondelles du pont Champlain?

Publié le

Gros plan sur cinq nids de terre séchée dans lesquels on voit la tête d'hirondelles.
Des hirondelles dans leur nid sous le vieux pont Champlain   Photo : Les ponts Jacques-Cartier et Champlain incorporée

La plus importante colonie d'hirondelles à front blanc du Québec se trouve dans le secteur du pont Champlain, à Montréal. On dénombre 380 nids sur l'ancien pont Champlain, 471 sur l'Estacade, et 191 sur le pont de l'île des Soeurs. Un peu plus de 1000 hirondelles y vivent. Plusieurs d'entre elles perdront toutefois leur nid lorsque le vieux pont sera démantelé. C'est pourquoi, depuis quatre ans, Les ponts Jacques-Cartier et Champlain incorporée (PJCCI) tente de leur créer de nouveaux habitats.

Comme toutes les espèces d’hirondelles, l’hirondelle à front blanc est sous haute surveillance. Selon le Regroupement QuébecOiseaux, sa population a chuté de 82 % depuis 1970.

Gros plan sur un petit oiseau gris-brun perché sur une tige de blé.
Une hirondelle à front blanc   Photo : Services environnementaux Faucon

Consciente de la présence de 380 nids sous le vieux pont Champlain, PJCCI tente d’inciter les hirondelles à s’établir ailleurs, notamment sous l’Estacade, qui accueille déjà 471 nids. Il y a quatre ans, elle a installé sous la structure des poutrelles en fer munies de rebords pour accueillir de nouveaux nids. L’initiative semble fonctionner, selon l’ingénieur Philippe Larouche, chargé de l’environnement à PJCCI : On voit que, sur chacune des poutrelles, il y a une dizaine de nids qui se sont installés aux extrémités. On a installé les poutrelles pour voir comment les hirondelles allaient réagir. Ça évite qu’elles installent leur nid à d’autres endroits sur la structure. En les incitant à aller à cet endroit-là, ça facilite la gestion des infrastructures à long terme.

Photo montrant le dessous d'un pont avec des dizaines de nids de terre séchée agglomérés les uns aux autres sur des poutres.
Des poutrelles ont été installées sous l'Estacade du pont Champlain pour accueillir des nids d'hirondelles.   Photo : Services environnementaux Faucon

Difficile de dire si les nouveaux nids ont été construits par la nouvelle génération d’hirondelles ou par celles du vieux pont Champlain qui auraient décidé de déménager. Le biologiste Pierre Molina, qui est directeur général de Services environnementaux Faucon, une entreprise qui travaille avec PJCCI, a tout de même bon espoir que les poutrelles inciteront les hirondelles du vieux pont à s’établir sous l’Estacade. C’est sûr que l’Estacade va être un endroit très privilégié par les hirondelles parce qu’un individu qui voit un autre individu faire son nid à cet endroit va se dire que ça doit être un bon habitat et il va être attiré par cette structure, explique-t-il.

Les chances sont toutefois minces pour que des hirondelles décident de nicher sous le nouveau pont Samuel-De Champlain, car les matériaux de la structure neuve seront trop lisses pour qu’elles puissent y accrocher leur nid.

Chargement en cours