Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

L'animateur Martin Labrosse
Audio fil du jeudi 14 mars 2019

Restaurer une maison ancienne : défis, passion et un peu de folie

Publié le

Un maison canadienne bleue.
Cette maison de Sainte-Anne-de-la-Pérade a plus de 200 ans.   Photo : Radio-Canada / Marie-Ève Cousineau

Ils le font par passion, et pour laisser un legs aux générations futures. Certains citoyens décident d'acquérir une maison ancienne et de la rénover de façon à en préserver son aspect d'origine, ce qui n'est pas sans défis.

Il faut être passionné, un peu fou et patient. Disons que nous, ça ne nous dérange pas de vivre dans un chantier. Pierre Bleau et sa conjointe, Céline Bouchard, ont acheté une maison ancienne à Pointe-aux-Trembles, il y a 20 ans. Ils n’ont pas encore fini de la restaurer. Un de nos enfants nous avait déjà demandé : "Papa, penses-tu finir tes travaux avant de mourir? Je lui avais dit : "Ne t’inquiète pas, je vais t'en laisser!" raconte Pierre Bleau en riant.

Pour lui, cette restauration qui n’en finit plus est devenue un loisir. Il se plaît à accomplir les travaux de ses mains et à mener des recherches pour trouver des matériaux authentiques.

Et c’est justement parce que Pierre Bleau est manuel que le couple a décidé de se lancer dans cette aventure. Ils y ont déjà investi des centaines de milliers de dollars, mais les travaux auraient pu leur coûter encore plus cher s’ils avaient tout fait faire par des professionnels.

Incompréhension

Mario Lussier et Marie-Michèle Giroux ont acheté une maison secondaire de plus de 200 ans à Sainte-Anne-de-la-Pérade. Tranquillement, ils tentent de lui redonner son aspect d’origine.

Leur rêve suscite toutefois beaucoup d’incompréhension dans leur entourage. Pour eux, c’est le principal obstacle à l’aboutissement de leur restauration. On n'a pas beaucoup de compréhension de la part des gens autour, qui ont l'impression qu'on est en train de dilapider notre argent ou qu'on est en train de défaire des choses qui étaient pourtant améliorées, déplore Marie-Michèle Giroux. On n'est pas en train de s'appauvrir. On n'est pas en train de briser la maison. On est plutôt en train de la remettre comme elle était à l'origine.

Mario Lussier raconte qu’alors qu’il arrachait le vinyle qui recouvre sa maison, il s’est fait questionner par un passant qui s’étonnait de le voir enlever un si beau revêtement. Il ne comprenait pas du tout son désir de ramener la maison à son état original.

Chargement en cours