•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quand les trottoirs glacés isolent les aînés

Le 15-18

Avec Annie Desrochers

En semaine de 15 h à 18 h

Quand les trottoirs glacés isolent les aînés

Audio fil du lundi 25 février 2019
Un piéton traverse la rue en s'appuyant sur son déambulateur, dans une rue enneigée du centre-ville de Montréal.

Un piéton traverse la rue en s'appuyant sur son déambulateur, dans une rue enneigée du centre-ville de Montréal.

Photo : Radio-Canada

L'hiver est souvent synonyme d'isolement pour les aînés et les personnes à mobilité réduite. Et c'est encore plus vrai cette année, alors que les municipalités peinent à déglacer leurs trottoirs tant les conditions météorologiques sont difficiles.

Henri, 77 ans, est en convalescence à la suite d’une opération. Il sait qu’il doit faire de l’exercice physique pour bien se rétablir, mais les trottoirs sont trop dangereux pour qu'il puisse sortir. Bouger, bouger à l'extérieur, c'est plus difficile avec l'état des routes, avec notre hiver, dit-il. Je n'ai personne à blâmer, sauf la température. Henri se contente donc de parcourir les corridors de l’immeuble où il vit seul. Il fait aussi appel au service de popote roulante du Centre d'entraide le Rameau d'olivier afin de se procurer de la nourriture sans avoir à sortir.

Henri est loin d’être le seul dans cette situation. Les trottoirs glacés reviennent constamment dans les conversations que les bénévoles de la popote roulante ont avec les personnes âgées qu’ils visitent. Même moi, j'avais de la difficulté à monter les marches ou à marcher sur les trottoirs parce que c'est très dangereux, raconte une bénévole.

Afin de briser l’isolement de ces aînés et de s’assurer qu’ils sont en sécurité, le Rameau d’olivier fait des appels téléphoniques quotidiens à ses bénéficiaires. La personne est appelée chaque jour à peu près à la même heure, explique la coordonnatrice du centre d’entraide, Josée Roy. Donc, si ça fait deux jours de suite que la personne ne répond pas et qu'on n'a pas eu d'indication sur le fait qu'elle est hospitalisée ou partie en vacances, pour nous, il y a tout un processus qui s'enclenche pour rejoindre les proches et les policiers.

De son côté, l'organisme Ex aequo, qui défend les droits des personnes ayant une déficience motrice, a interpellé les élus à plusieurs reprises sur l'importance de déneiger les rues et les trottoirs de façon à ce que les débarcadères demeurent accessibles.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi