Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Isabelle Richer
Audio fil du mardi 8 janvier 2019

En quête de rétroaction, des enseignants de Laval se filment pour s’évaluer

Publié le

Des étudiants en salle de classe
Des étudiants en salle de classe   Photo : iStock

Un groupe d'enseignants de la Commission scolaire de Laval ont décidé de se faire filmer en classe et de participer à des séances de visionnement afin de recevoir les conseils de leurs collègues et d'améliorer leurs pratiques.

On est seuls dans nos classes, souligne l’enseignante Mélissa Ouellet-Gendron. Généralement, une fois qu'on a fini nos stages, il n'y a personne pour nous dire : "Hey, tu sais quoi? Tu as fait ça, c'est bien, mais ce serait bien d'essayer autre chose."

C’est pourquoi elle a décidé de participer aux cercles pédagogiques organisés une fois par mois par les conseillers pédagogiques de la Commission scolaire de Laval. Cette initiative a été chaudement accueillie par plusieurs enseignants, assure-t-elle : Les cours se donnent les uns après les autres, donc on n’a pas le temps de se réajuster. Les habitudes s’installent très rapidement et si on n’a pas ce recul-là, on n’a pas le temps de voir ce qui accroche.

Les cercles pédagogiques sont également bénéfiques pour les élèves, dans le contexte actuel où un plus grand nombre d’entre eux ont des besoins spécifiques, note le professeur de psychopédagogie Robert David, qui supervise les discussions à la Commission scolaire de Laval. Ça permet aussi de développer des pratiques qui permettent à plus d’élèves d’apprendre, dit-il.

Les cercles pédagogiques ne réunissent que des volontaires pour l’instant, car ce ne sont pas tous les enseignants qui acceptent de se faire filmer pendant qu’ils travaillent. Mais la présidente de la commission scolaire, Louise Lortie, n’exclut pas l’idée d’étendre cette pratique. L'idée pose toutefois un certain défi logistique puisque les enseignants doivent être remplacés lorsqu’ils participent aux discussions.

Chargement en cours