Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Audio fil du mercredi 29 août 2018

Jeunes désenchantés de la politique : « On vote pour le moins pire »

Publié le

En dessin, une main dépose un bulletin de vote dans une boîte.
Plusieurs jeunes votent même s'ils sont désenchantés de la politique.   Photo : iStock

On dépeint souvent les jeunes Québécois, les 18 à 35 ans, comme des citoyens déconnectés de la politique. S'il est vrai que les jeunes sont généralement peu nombreux à aller voter, certains se font tout de même un devoir de suivre les élections et d'exercer leur droit de vote. C'est le cas de Marie-Pier Gosselin, Simon Orphanos et Evgenia Deichman, trois jeunes du Grand Montréal qui iront voter le 1er octobre, mais qui n'ont pas beaucoup d'espoir de voir leurs demandes se réaliser.

Je sens qu’on a un certain pouvoir, mais malgré ça, j’ai l’impression qu’on ne vote pas pour le meilleur, mais pour le moins pire, et c’est ça que je trouve décevant, affirme Simon Orphanos, qui est déménageur et aide-concierge à la Commission scolaire de Montréal.

Pourtant, les chefs de partis semblent avoir pris pour cible les jeunes, et particulièrement les jeunes familles. Je le perçois, mais je ne reçois rien, déplore Evgenia Deichman, une mère de deux enfants qui est superviseure d’une boutique pour animaux, à Tétreaultville. J’ai de la difficulté à avoir des services pour mes enfants à l’école, explique-t-elle. Quand on me donne de l’argent, on me le retire dans mes [impôts], donc je paie souvent plus que ce que je reçois pour m’aider avec ma famille.

Est-ce que c’est du pouvoir de choisir quelqu’un qui, finalement, ne nous représente pas vraiment?

Simon Orphanos, déménageur et aide-concierge à la Commission scolaire de Montréal

De son côté, la copropriétaire de la fromagerie Au gré des champs, à Saint-Jean-sur-le-Richelieu, Marie-Pier Gosselin estime que les politiciens ne savent pas comment s’adresser aux jeunes. Une des choses qui nous interpellent peut-être moins comme génération, c’est le fait qu’ils nous parlent beaucoup de court terme, mais peut-être que nous, nous avons plus une vision d’avenir et que nous voudrions qu’on nous parle plus de projets de société, dit-elle.

Elle trouve aussi que les politiciens manquent d’authenticité. Nous, ce qu’on aime voir, ce sont des gens vrais, qui ont des qualités, qui ont des défauts, mais qui sont avant tout vrais, soutient-elle.

Chacun ses priorités

S’ils ont tous les trois la même attitude à l'endroit de la politique, Marie-Pier, Simon et Evgenia ont chacun leurs priorités en cette campagne électorale.

Evgenia Deichman souhaiterait que ses enfants dyslexiques obtiennent plus de services, et plus tôt, dans leur école publique. Elle rêve aussi de pouvoir s’acheter une maison, ce qu’elle est incapable de faire en ce moment. Je trouve ça plate de payer un loyer au même prix qu’une hypothèque de maison, dit-elle. Peut-être que je n’en aurai jamais et que ce sont mes enfants qui vont me l’acheter, je ne le sais pas.

Pour Maire-Pier Gosselin, le secteur prioritaire est l’agriculture, tandis que pour Simon, c’est la santé.

Le déménageur s’est d’ailleurs blessé il y a quelque temps et il affirme avoir reçu un très mauvais service à l’hôpital. Est-ce qu’il y a quelque chose de plus important que la santé? Selon moi, non, dit-il.

Il voudrait voir plus de jeunes candidats durant la campagne électorale, comme Gabriel Nadeau-Dubois, un politicien qui le rejoint même s’il n’est pas d’accord avec toutes ses idées.

Malgré tout, Simon Orphanos se présentera aux urnes le 1er octobre prochain, et il demande à tous les jeunes de faire de même pour que les politiciens ne mettent pas de côté leur génération. Il faut le faire, il faut donner notre opinion, martèle-t-il. Il faut que la jeunesse parle.

Chargement en cours