Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Annie Desrochers
Le 15-18
Audio fil du mardi 27 novembre 2018

Les trésors insoupçonnés de la collection de vinyles de Radio-Canada

Publié le

Une personne tient un disque des Beatles dans ses mains.
La voûte renferme plusieurs trésors, dont ce disque des Beatles   Photo : Radio-Canada / Pascale Fontaine

Les amoureux de la musique et du patrimoine ont été soulagés d'apprendre que Radio-Canada a décidé de conserver ses 119 000 disques vinyle uniques. Cette immense collection regorge de trésors méconnus, selon le journaliste Félix B. Desfossés, qui a eu l'occasion de la parcourir à quelques reprises.

Il y a tellement de patrimoine là-dedans, de trésors, et même des disques qui ont été produits par Radio-Canada, à partir des années 50, souligne-t-il.

Félix B. Desfossés mentionne notamment la série Transcription, qui regroupe des enregistrements produits par Radio-Canada d’artistes de partout au pays. Ce sont souvent des artistes qui avaient énormément de talent, mais qui n’étaient pas suffisamment populaires pour pouvoir se retrouver avec des contrats de disque, explique le journaliste.

La collection de vinyles de la société d'État regorge donc d’œuvres méconnues du public. À Radio-Canada, on recevait des albums d’artistes qui étaient un peu plus "champ gauche", qui n’avaient pas tenté leur chance dans les radios commerciales, des artistes d’un peu partout au Canada et de la francophonie, indique Félix B. Desfossés. Et ça, ça fait une discothèque d’une richesse incroyable.

Quelques émissions radio-canadiennes ont récemment exploré cette collection de disques, mais les tourne-disques se font rares chez le radiodiffuseur public. À quoi peut donc servir une aussi grande quantité de disques? Selon Félix B. Desfossés, comme plusieurs d’entre eux n’ont jamais été réédités ni numérisés, ils sont une source de savoir pour la musicologie. L’histoire de la musique, c’est une science qui n’est pas finie. On continue toujours d’en apprendre, pense-t-il. Il y a encore tellement de découvertes à faire, que ce n’est pas le bon moment de se débarrasser de ces disques-là.

Même s’il croit que l’art des musicothécaires se perd tranquillement, Félix B. Desfossés espère que la collection de Radio-Canada permettra d’enrichir notre savoir musical collectif. Il faut mettre ça entre les mains de spécialistes pour qu'ils puissent se pencher là-dessus, dit-il.

Chargement en cours